Tarifs bancaires : un tiers des banques sont plus chères en 2020

Tarifs bancaires : un tiers des banques sont plus chères en 2020
banque distributeur

Boursier.com, publié le lundi 20 janvier 2020 à 15h13

Un rapport de la CLCV pointe les "écarts considérables" des tarifs bancaires en 2020. L'association appelle les consommateurs à faire jouer la concurrence.

Les clients des banques auront plus que jamais intérêt à faire jouer la concurrence... L'association de consommateurs CLCV a passé à la loupe les tarifs en vigueur au 1er février 2020 dans 127 banques de métropole et d'outre-mer, en les appliquant à trois types de profils : un "petit client" utilisant peu de services, un couple "ayant une consommation dans la moyenne", dit "couple actif", et un couple "haut de gamme", "gros consommateur de services bancaires".

L'enquête a ainsi révélé que pour les deux premiers types de profils ("petit client" et "couple actif") verront leur facture baisser de 1,4% en moyenne en 2020. Mais si certains clients vont pouvoir profiter de cette accalmie des prix, après le gel des tarifs de 2019 demandé par l'Élysée, sur fond de crise des "Gilets jaunes", d'autres consommateurs ne bénéficieront pas de cette embellie.

En effet, "selon les profils, dans 32 à 44% des banques de notre panel de métropole, les consommateurs paieront leur panier de services plus cher qu'en 2019", indique la CLCV, citant en exemple les clients de la Banque Postale et de la Société Générale, où plusieurs profils subissent une hausse prononcée des tarifs. Un "petit consommateur" chez HSBC voit même ses tarifs grimper de plus de 4%.

Jusqu'à 2,5 fois plus cher

Les écarts de prix, pour un panier identique d'opérations, peut être facturé jusqu'à 2,5 fois plus cher, selon l'enquête. Pour la formule la moins chère "entre paiement 'à la carte' ou avec un package dans chaque banque métropolitaine" du panel, la facture annuelle moyenne est de 65,64 euros pour le profil "petit client", de 145,54 euros pour le "client moyen" et 210,46 euros pour le "client haute gamme".

L'association fait également remarquer que les packs ne sont pas toujours avantageux. Ils le sont "financièrement dans 51,5%" des établissements pour le "client moyen" et dans 55,4% pour le "gros consommateurs de services", précise la CLCV, qui recommande ainsi aux consommateurs de lister les services bancaires qu'ils utilisent pour déterminer leur profil et la solution la plus avantageuse.

Les frais d'incidents plafonnés "globalement respectés"

Par ailleurs, la CLCV est revenue sur la question du plafonnement des frais bancaires. En réponse aux revendications portées par les "Gilets Jaunes", les banques s'étaient en effet engagées à plafonner ces frais de 20 à 25 euros par mois pour les clients les plus fragiles. "Ces dispositions sont globalement respectées. Certaines banques ont été plus loin en abaissant encore plus ces plafonds", indique Jean-Yves Mano, président de la CLCV, au 'Figaro'. Par exemple, les banques du groupe BPCE (Banque populaire, Bred...) les ont limités à 16,50 euros par mois maximum.

D'autres banques vont même jusqu'à la gratuité. Le rapport cite notamment plusieurs caisses régionales du Crédit agricole (Centre Loire, Normandie Seine...) ou encore la banque en ligne Fortuneo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.