Taxe sur le vin : Julien Denormandie espère un changement de "climat" avec Joe Biden

Taxe sur le vin : Julien Denormandie espère un changement de "climat" avec Joe Biden©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 09 novembre 2020 à 15h21

"Les taxes américaines, elles dépassent souvent les présidents, c'est souvent les administrations américaines qui les mettent en place", a toutefois souligné le ministre de l'Agriculture.

L'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche, une bonne nouvelle pour le vin français ? Alors que le différend transatlantique sur les aides d'Etat à Boeing et Airbus s'est accentué ces dernières années, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a dit espérer que la victoire du candidat démocrate à l'élection présidentielle permettra d'apaiser les relations commerciales avec l'Europe.

"Aujourd'hui, toutes les bouteilles de vin sont taxées à hauteur de 25% aux Etats-Unis On est dans des négociations et j'ose espérer que l'arrivée de Biden va permettre de revoir cette taxe", a-t-il ainsi déclaré sur 'Europe 1' ce lundi.

"J'ose espérer que l'arrivée de l'administration Biden va pouvoir changer le climat de ces discussions, et arriver à trouver un accord très rapidement pour mettre fin, par exemple, à ces taxes sur le vin", a répété le ministre.

"Les taxes américaines dépassent souvent les présidents"

Julien Denormandie a toutefois estimé qu'il ne fallait "avoir aucune naïveté". "Les taxes américaines, elles dépassent souvent les présidents, c'est souvent les administrations américaines qui les mettent en place", a-t-il souligné. Pour autant, le ministre de l'Agriculture a dit également vouloir montrer "qu'on est prêts à prendre nous aussi des mesures de rétorsion" et engager le dialogue pour "mettre fin à ces taxes".

Pour rappel, l'administration Trump avait imposé depuis la mi-octobre 2019 un droit de douane de 25% sur les vins français en bouteille, non effervescents, de moins de 14 degrés, tout comme sur les vins espagnols et allemands. D'autres produits sont ciblés, tels que l'huile d'olive espagnole et les fromages italiens.

"Faire preuve de retenue pour ne pas accroître les risques et les difficultés"

Cette taxe sur le vin français avait été appliquée en rétorsion à un conflit commercial opposant l'avionneur Airbus à son concurrent américain Boeing, et à travers eux Bruxelles et Washington, au sujet d'aides publiques versées aux deux groupes.

Dans un communiqué, la Fédération des Exportateurs de Vins & Spiritueux de France (FEVS), avait pour sa part demandé aux autorités "de faire preuve de retenue pour ne pas accroître les risques et les difficultés qui pèsent, depuis un an, sur les exportateurs de vins et spiritueux", plaidant pour que "dans l'hypothèse où l'UE déciderait de sanctions commerciales sur des produits américains, l'application de ces mesures soit suspendue ou différée dans le temps".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.