Taxes américaines: "le dialogue" reste "la première option" pour l'UE

Taxes américaines: "le dialogue" reste "la première option" pour l'UE
La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, à Bruxelles, le 7 mars 2018

AFP, publié le vendredi 09 mars 2018 à 11h36

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a affirmé vendredi que "le dialogue" avec les Etats-Unis restait "la première option" pour l'UE, après l'imposition par Donald Trump de taxes sur les importations d'acier et d'aluminium.

"Le dialogue est toujours la première option pour l'Union européenne", a-t-elle déclaré lors d'une intervention devant le think tank américain German Marshall Fund à Bruxelles.

"Nous ne pouvons pas être une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis, donc nous comptons être exemptés" des mesures annoncées, a-t-elle réitéré.

Donald Trump a signé jeudi soir deux documents imposant dans 15 jours des taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium.

Le Canada et le Mexique en seront exclus "pour le moment" et la Maison Blanche a précisé que tous les pays concernés pourraient entamer des discussions avec les Etats-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption.

"Ce qu'a dit le président (américain) hier n'est pas très clair, donc nous allons chercher à obtenir plus de clarté sur ce sujet", a expliqué Mme Malmström.

La Suédoise doit rencontrer samedi à Bruxelles le représentant au Commerce des Etats-Unis, Robert Lighthizer, avec le ministre japonais de l'Economie Hiroshige Seko, pour une réunion à la Commission européenne prévue de longue date dans le cadre des rencontres tripartites organisées depuis décembre 2017.

"Nous espérons que nous pourrons obtenir la confirmation que l'UE est exemptée de tout cela", a-t-elle souhaité.

Dans le cas contraire, Mme Malmström a rappelé que l'UE était prête à prendre des mesures rapides sur une liste de produits américains emblématiques comme le beurre de cacahuète, le jus d'orange ou le bourbon, pour contre-balancer les effets des taxes américaines.

Mais "nous ne préparons pas une bataille, l'Union européenne est un projet pacifique", a-t-elle insisté.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Taxes américaines: "le dialogue" reste "la première option" pour l'UE
  • avatar
    Stan2 -

    Mais "nous ne préparons pas une bataille, l'Union européenne est un projet pacifique", a-t-elle insisté.
    En clair, résignons nous et tendons l'autre joue! Si l'UE est un projet pacifique que faisons nous encore dans l'OTAN vestige de la guerre froide et en supplétif des USA sur nombre de terrains d'opérations étrangers?

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 09 03 2018 à 10 11

    C'est marrant mais quand les Français se font taxer comme jamais, vous en avez de plus en plus nombreux qui expliquent que c'est normal et quand un autre pays le fait c'est anormal.

    Encore récemment cet ancien énarque socialiste français qu'est M. Moscovici expliquait qu'il avait trouvé le moyen de taxer et que cela allait sauver la France et l'Europe.

    Alors qui pourrait m'expliquer la cohérence dans ces raisonnements, et pourquoi selon le lieux de taxation ( Europe ou US), l'une serait juste et équitable et l'autre serait injuste et le fruit d'un esprit que l'on tente même de qualifier de "dérangé".