Télétravail : Elisabeth Borne épingle plusieurs secteurs

Télétravail : Elisabeth Borne épingle plusieurs secteurs
Elisabeth Borne, ministre du travail

Boursier.com, publié le jeudi 11 février 2021 à 10h56

Selon la ministre du Travail, travailler de chez soi réduit "de 20% à 30% les risques de contracter le virus"...

"Il faut se remobiliser", a de nouveau appelé Elisabeth Borne... Alors que le gouvernement s'inquiète de l'"érosion" du recours au télétravail, la ministre du Travail a pointé du doigt ce jeudi certains secteurs d'activité qui ne jouent pas le jeu, tout en exprimant son "insatisfaction" face à la situation.

"J'ai vu des branches professionnelles dans lesquelles on avait vu une érosion plus forte. Ils n'aiment pas qu'on les cite, mais il s'agit des secteurs des banques, de l'assurance, l'ingénierie et le conseil", même si "ce sont des secteurs qui de fait sont à un niveau élevé de télétravail", a-t-elle expliqué sur 'franceinfo'.

"En novembre, on avait 70% des salariés qui peuvent facilement télétravailler qui étaient en télétravail, et il y a encore 64% de ces salariés qui le font", a-t-elle rappelé, citant une étude Harris Interactive pour son ministère.

Le télétravail réduit "de 20% à 30% les risques de contracter le virus"

En revanche, "plus d'un tiers des emplois télétravaillables ne le sont pas", a encore regretté Elisabeth Borne, soulignant que travailler de chez soi réduit "de 20% à 30% les risques de contracter le virus". Elle confirme également qu'il y a d'ores et déjà eu "des sanctions à travers des référés judiciaires", sans donner de chiffres.

La semaine dernière, la direction générale du travail avait d'ailleurs adressé une nouvelle instruction aux services de l'inspection du travail pour renforcer l'accompagnement et le contrôle sur la mise en oeuvre du télétravail dans les entreprises et le respect des mesures de prévention face au Covid.

"Le télétravail ne doit pas être un coût pour la salarié"

Interrogée par ailleurs sur le prix du chauffage, de l'accès à internet et au matériel nécessaire au travail à distance, Elisabeth Borne assure que "le télétravail ne doit pas être un coût pour la salarié". Elle estime également qu'il faut maintenir la "compensation pour la restauration", dénonçant les entreprises qui ne fournissent plus de tickets-restaurants à leurs employés en télétravail, ajoutant toutefois que "les accords doivent se faire entre les partenaires sociaux".

Pour rappel, une étude de ConvictionsRH dévoilée mardi s'est intéressée au coût du télétravail pour les salariés, en se basant sur les postes de dépenses les plus courants. Selon les calculs du cabinet de conseils en ressources humaines, un mois de travail à la maison peut coûter pour eux plus de 100 euros. Le surcoût en frais courants (électricité, chauffage, eau...) peut varier de 13 euros par mois (pour une habitation de 50 m2 chauffée au gaz sans compter les repas) à 174 euros par mois (pour 200 m2 chauffé à l'électrique et en prenant en compte les frais de repas).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.