Télétravail : les opérateurs vont allouer moins de bande passante aux sites de divertissement

Télétravail : les opérateurs vont allouer moins de bande passante aux sites de divertissement©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 16 mars 2020 à 11h44

En soirée, Youtube, Netflix et Facebook représentent en moyenne environ 80% de la bande passante fournie par les quatre opérateurs français. Leurs audiences pourraient exploser dans les prochains jours...

Les opérateurs télécoms français vont exercer une plus grande discipline dans l'allocation de la bande passante à partir de ce lundi. L'objectif est faire face au bond des usages liés au télétravail, selon le président de la Fédération Française des Télécoms (FFT), interrogé par l'agence de presse Reuters.

Cela pourrait affecter l'accès aux sites de divertissement comme Netflix, Google ou Facebook, très consultés depuis que les Français doivent limiter les contacts et les déplacements à cause du coronavirus. "Nous entrons dans une phase exceptionnelle qui nous amène à regarder de près les pics (de trafic) auxquels nous nous sommes habitués", a déclaré Arthur Dreyfuss dans un entretien téléphonique.

Discipline sociale

"Nous entrons dans une ère de discipline sociale collective, qui doit s'accompagner d'une discipline numérique de la part des opérateurs télécoms".

Avec le coronavirus, le trafic internet explose dans le monde. Le journal 'Les Echos' rapporte que DE-Cix, l'un des principaux carrefours du trafic mondial situé à Francfort, a mesuré le 10 mars un pic de 9,1 térabits par seconde. "Un volume équivalent à deux millions de vidéos en HD ou deux milliards de pages A4 échangées en une seconde", explique le quotidien économique.

En soirée, Youtube, Netflix et Facebook représentent en moyenne environ 80% de la bande passante fournie par les quatre opérateurs français Orange, SFR, filiale d'Altice Europe, Bouygues Telecoms et Iliad, a indiqué une source industrielle.

Accélération

Face à l'accélération de la progression du coronarivus, le gouvernement français a annoncé samedi la fermeture des restaurants, des cafés, des cinémas, des discothèques et des autres établissements publics et commerces non essentiels et a pressé la population à rester chez elle.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a estimé vendredi que 30% des salariés du secteur privé peuvent continuer leur activité en télétravail. Des mesures de chômage partiel ont également été proposées par le gouvernement.

Pas de confinement ?

La porte-parole du gouvernement français Sibeth Ndiaye a démenti lundi qu'un décret enjoignant les Français au confinement était envisagé pour tenter de ralentir la progression du coronavirus dans l'Hexagone.

"Cette histoire de décret était une 'fake news' je peux vous le dire, il n'en demeure pas moins que nous examinerons toutes les mesures qui peuvent être utiles pour faire en sorte de modifier en profondeur les comportements", a-t-elle déclaré sur France Inter. Des sources avaient évoqué cette hypothèse dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.