Tesla: Elon Musk assagi et rassurant sur la production, les investisseurs ravis

Chargement en cours
Le PDG de Tesla, Elon Musk, habitué des polémiques, le 27 septembre 2016 à Guadalajara, au Mexique
Le PDG de Tesla, Elon Musk, habitué des polémiques, le 27 septembre 2016 à Guadalajara, au Mexique
1/2
© AFP, HECTOR GUERRERO

AFP, publié le jeudi 02 août 2018 à 05h03

Visiblement assagi après plusieurs polémiques, le médiatique patron de Tesla Elon Musk a su rassurer les investisseurs sur son rythme de production et confirmé être sur la bonne voie pour devenir cette année "durablement" profitable malgré une grosse perte.

Habitué des coups de sang et critiqué pour son ton parfois hautain, le dirigeant du constructeur de voitures électriques a même présenté ses excuses mercredi aux analystes qu'il avait sèchement éconduits début mai, une énième bévue lourdement sanctionnée en Bourse.

"Je voudrais présenter mes excuses pour avoir été impoli au cours de la dernière conférence téléphonique", a déclaré M. Musk lors de la conférence téléphonique des résultats du second trimestre mercredi. Il avait qualifié les questions des analystes d'"ennuyeuses" et même indiqué qu'elles "l'emmerd(ai)ent".

"Il n'y a vraiment aucune excuse pour les mauvaises manières", a-t-il assuré usant d'un ton plus humble qu'à l'accoutumée.

Cette contrition a amplifié le bond du titre déjà entamé juste après la publication des résultats jugés rassurants malgré une nouvelle perte colossale de 717,5 millions de dollars, deux fois plus que l'an dernier. Vers 02H30 GMT (jeudi), il prenait encore près de 10% dans les échanges électroniques suivant la clôture. 

Les investisseurs ont préféré tourner les yeux vers l'avenir du groupe, qui joue gros avec son dernier-né, le Model 3, qui a connu de gros retards de production, entraînant une longue attente pour les clients.

"Une production hebdomadaire de 7.000 véhicules (tous modèles confondus), soit 350.000 par an, devrait permettre à Tesla de devenir durablement profitable pour la première fois de notre histoire --et nous nous attendons à encore augmenter notre rythme de production au troisième trimestre", a indiqué le groupe, dont le dernier bénéfice remonte à 2016. 

"Après avoir atteint notre objectif de 5.000 (Model 3) par semaine, nous allons augmenter (le rythme), avec l'objectif d'atteindre 6.000 Model 3 par semaine d'ici fin août", a affirmé le groupe, qui a précisé vouloir atteindre 10.000 véhicules par semaine "le plus vite possible".

Tesla accélère sa production "en améliorant l'utilisation de nos chaînes existantes et en faisant des améliorations ciblées pour régler les goulets d'étranglement" solution moins coûteuse que de construire de nouvelles chaînes, a dit encore le groupe de M. Musk, qui a promis de limiter les dépenses.

L'entrepreneur avait décidé récemment de dormir dans sa propre usine pour diriger --et accélérer-- la production du Model 3.

Cette berline, qui démarre à 35.000 dollars, doit permettre à Tesla de pénétrer le segment moyen de gamme et d'atteindre une production de masse au moment où les constructeurs automobiles américains classiques, comme Ford, se désengagent du marché des voitures compactes. 

Tesla a livré 18.449 Model 3 sur le trimestre et s'attend à en produire 50 à 55.000 au troisième trimestre.

"Notre première impression est positive", a estimé l'analyste Efraim Levy (CFRA Research), disant paradoxalement apprécier la modestie des prévisions. "Peut-être est-ce le reflet d'un Elon Musk plus prudent", a-t-il ajouté.

"Malgré les yeux scrutateurs du public et des investisseurs, Tesla reste complètement concentré sur le long-terme", a salué Gustavo Huber, consultant spécialisé.

- Enquêtes -

Le groupe, qui a des légions de fans allant de l'acteur Leonardo DiCaprio au rappeur Kanye West, avait évoqué il y a deux ans viser une production de 500.000 voitures par an en 2018, alors que celle-ci n'atteignait même pas 100.000 en 2017.

Autre signe positif : le chiffre d'affaires trimestriel est en outre ressorti un peu au-dessus des attentes, à 4 milliards de dollars (+43%).

La trésorerie est restée dans le rouge, présentant un déficit de 739,5 millions, mais les marchés s'attendaient à pire. Les flux de trésorerie disponible, qui mesurent la capacité d'une société à financer ses investissements, s'élèvent à 2,24 milliards de dollars, Elon Musk a d'ailleurs assuré qu'il ne devrait pas avoir besoin de lever de nouveaux capitaux.

Tesla est régulièrement malmené en Bourse, souvent à cause des frasques de son patron, également à la tête de SpaceX.

Habitué des polémiques, notamment via Twitter dont il est très friand, Elon Musk avait dû s'excuser récemment après avoir traité de "pédophile" un spéléologue qui avait aidé au sauvetage d'enfants dans une grotte en Thaïlande.

Cet épisode avait conduit certains analystes à s'interroger sur son équilibre mental et ses capacités de dirigeant.

Autres remous récents pour Tesla, il a annoncé en juin une baisse de 9% de ses effectifs et il fait l'objet d'enquêtes sur son système d'aide à la conduite Autopilot, censé préfigurer la conduite autonome, impliqué dans des accidents ces derniers mois, dont certains mortels.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU