TikTok : dépôt d'une plainte européenne contre l'application

TikTok : dépôt d'une plainte européenne contre l'application
ByteDance, TikTok

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 16 février 2021 à 10h43

L'UFC-Que Choisir dénonce les multiples infractions aux droits des utilisateurs du réseau social, souvent très jeunes.

L'UFC-Que Choisir dénonce les multiples infractions aux droits des utilisateurs du réseau social, souvent très jeunes.

Une rédaction des conditions d'utilisation peu claire, et des clauses contraires à la loi et qui favorisent TikTok au détriment de ses utilisateurs... Le célèbre réseau social développé par le groupe chinois ByteDance, qui permet de partager des vidéos, est dans le viseur des associations. Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a annoncé mardi 16 février le dépôt d'une plainte, en accusant l'entreprise d'exploiter les droits et les données des abonnés, souvent très jeunes.

En France, l'UFC-Que Choisir s'est jointe à cette plainte, et a décidé d'alerter la répression des fraudes (DGCCRF) pour l'inviter à enquêter sur ce géant des réseaux sociaux. "Très concrètement, TikTok se donne le droit de faire ce qu'il veut des vidéos publiées : les utiliser, les modifier, les reproduire sans que les utilisateurs n'aient leur mot à dire. C'est illégal", dénonce l'association dans un communiqué.

Marketing et contenus explicites

Elle rappelle que les inscriptions sont possible à partir de 13 ans, et que TikTok connaît un succès énorme auprès des adolescents, mais sans protéger ce public fragile contre la publicité cachée ou les contenus dangereux. "Les marques se servent bien souvent des influenceurs pour lancer par exemple des concours de hashtags, et masquer ainsi leur véritable intention marketing. Par ailleurs, suite au triste drame italien lié au jeu du foulard, et aux vidéos sexuellement explicites parfois proposées aux utilisateurs après quelques minutes de visionnage, la capacité du réseau à protéger les mineurs des contenus inappropriés est clairement posée", explique l'UFC.

Autre dérive encouragée par TikTok : l'achat de cadeaux virtuels pour récompenser ses vidéos préférées. Les utilisateurs sont invités à s'offrir ces pièces ou "coins" qui permettent ensuite de s'approvisionner en objets virtuels en quelques clics. "Alors que la majorité des utilisateurs de TikTok sont des mineurs, les associations de consommateurs européennes souhaitent lever le voile sur ces pratiques détestables qui incitent les adolescents, à fournir de l'argent à leurs TikTokeurs préférés", conclut l'UFC.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.