Tourisme francilien : un manque à gagner de 6,4 MdsE au 1er semestre

Tourisme francilien : un manque à gagner de 6,4 MdsE au 1er semestre©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 01 septembre 2020 à 06h50

La région a accueilli 14,3 millions de touristes en moins sur les six premiers mois de l'année, à cause de la crise sanitaire...

Sans surprise, la fréquentation touristique du 1er semestre 2020 à Paris et en Île-de-France a été profondément affectée par la crise sanitaire. La région a accueilli 14,3 millions de touristes en moins sur les 6 premiers mois de l'année. Le manque à gagner s'élève à 6,4 milliards d'euros, selon le bilan publié par le Comité Régional du Tourisme Paris Île-de-France...

L'étude montre par exemple que les musées ont été désertés. Le Louvre a accueilli 1,73 millions de visiteurs, soit un plongeon de plus de 63% par rapport au premier semestre 2019. Même scénario pour la Cité des sciences et de l'industrie (-68%), pour le musée d'Histoire naturelle (-66%), l'Arc de triomphe (-65%) ou encore la Sainte Chapelle (-73%). Le château de Versailles (-77%) ou celui de Fontainebleau (-64%) accusent aussi le coup...

Davantage de touristes français

L'activité a néanmoins donné des signes de reprise cet été, note le Comité régional, portée notamment par la clientèle française qui représente 92% du public des musées et monuments d'Île-de-France. Quelques clientèles internationales de proximité sont également aux rendez-vous, avec une hausse des touristes venus des Pays-Bas (+131%), d'Allemagne (+101), de Belgique (+96), du Royaume-Uni (+92) ou d'Espagne (+76).

A court et moyen termes, les perspectives sont incertaines et dépendent de l'évolution de l'épidémie en France et dans le monde... "Ainsi, 53% des professionnels interrogés prévoient une amélioration de l'activité d'ici à la fin du mois d'octobre. Pourtant, entre septembre et décembre, les réservations aériennes devraient chuter de plus de 80% par rapport à la même période de l'année dernière", écrit le comité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.