Tourisme : une note d'espoir ?

Tourisme : une note d'espoir ?
Egypte pyramide

Boursier.com, publié le vendredi 31 juillet 2020 à 10h03

40% des destinations ont maintenant assoupli les restrictions sur les voyages...

"On assiste au redémarrage responsable du tourisme dans le monde à mesure qu'un nombre croissant de destinations assouplissent les restrictions sur les voyages liées à la COVID-19 et s'adaptent à la nouvelle réalité"... D'après l'analyse la plus récente de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), 40% de toutes les destinations dans le monde ont maintenant assoupli les restrictions sur le tourisme international imposées en réponse à la COVID-19.

L'institution spécialisée des Nations Unies pour le tourisme assure, depuis le début de la crise, un suivi des interventions engagées dans le monde face à la pandémie... Ces derniers chiffres enregistrés le 19 juillet traduisent une hausse par rapport aux 22% de destinations qui avaient assoupli les restrictions sur les voyages au 15 juin et aux 3% précédemment au 15 mai. Ils viennent confirmer la tendance d'un mouvement lent, mais continu, d'adaptation et de redémarrage responsable du tourisme international...

Pas encore la fête

Parallèlement, on observe néanmoins que sur les 87 destinations ayant maintenant assoupli les restrictions sur les voyages, quatre seulement ont levé complètement toutes les restrictions, les 83 autres ayant procédé à des assouplissements tout en maintenant des mesures en place comme la fermeture partielle des frontières.

Cette dernière édition en date du Rapport de l'OMT consacré aux restrictions sur les voyages montre en outre que 115 destinations (53% de toutes les destinations dans le monde) gardent leurs frontières totalement fermées au tourisme...

Une "reprise responsable" est possible

Le Secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili, explique : " Il est possible de faire redémarrer le tourisme de manière responsable et en assurant la santé publique tout en soutenant aussi l'activité d'entreprise et les moyens d'existence. À mesure que les destinations continuent d'assouplir les restrictions sur les voyages, la coopération internationale revêt une importance primordiale. Le tourisme mondial peut, de la sorte, gagner la confiance de la population, laquelle représente un socle fondamental alors que nous sommes engagés ensemble dans un effort d'adaptation à la nouvelle réalité d'aujourd'hui."

De janvier à mai sur un an, le manque à gagner pour le tourisme mondial frappé par la crise du coronavirus représente désormais 320 milliards de dollars, comme l'a indiqué le dernier baromètre dévoilé par l'Organisation mondiale du tourisme.

"C'est plus du triple des pertes au niveau des recettes du tourisme international enregistrées pendant la crise économique mondiale de 2009", a souligné l'organisation dépendant des Nations Unies, dont le siège est à Madrid.

Le confinement pratiquement total imposé dans de nombreux pays a entraîné une chute de 98% du nombre de touristes internationaux en mai par rapport à 2019, soit 300 millions de visiteurs en moins. Le baromètre montre également une baisse de 56%, d'une année sur l'autre, des arrivées de touristes au cours de la période allant de janvier à mai...

100 à 120 millions d'emplois directs en danger

Alors que le tourisme reprend lentement dans certaines destinations, avec des signes de rebond notamment dans l'hémisphère Nord et "et en particulier avec l'ouverture des frontières à l'intérieur de l'espace Schengen de l'Union européenne le 1er juillet", l'indice de confiance établi par l'OMT affiche des plus bas historiques, à la fois pour le bilan de la période janvier-avril 2020 et pour les perspectives pour mai-août.

Pour l'année 2020 l'OMT prévoyait, dans un rapport dévoilé en mai, une chute de 60 à 80% du nombre des touristes internationaux, avec des pertes allant de 910 milliards de dollars à 1.200 milliards de dollars et une "mise en danger de 100 à 120 millions d'emplois directs dans le tourisme".

"Ces chiffres les plus récents montrent clairement combien il est important de faire redémarrer le tourisme dès qu'il est sûr de le faire. L'effondrement du tourisme international met en danger les moyens d'existence de millions et de millions de personnes, notamment dans les pays en développement", a affirmé le secrétaire général de l'OMT Zurab Pololikashvili.

La situation des Etats-Unis et de la Chine "au point mort"

La majorité des membres du groupe d'experts du tourisme de l'OMT s'attendent à "un redressement du tourisme international d'ici le deuxième semestre 2021, suivis de ceux qui tablent sur un rebond au cours du premier semestre de l'année prochaine".

Parmi les principaux risques courus par le secteur, l'organisation évoque notamment "la recrudescence du virus et le risque de nouveaux confinements", ainsi que la situation de la Chine et des États-Unis, "au point mort"...

Selon une étude parue début juillet de l'organe de l'ONU chargé du commerce et du développement (Cnuced), les mesures de restriction liées au Covid-19 devraient se traduire ces prochains mois par un manque à gagner allant de 1.200 à 3.300 milliards de dollars pour le tourisme et les secteurs étroitement liés (les hôtels, les restaurants ainsi que les producteurs d'énergie, la construction...). A noter également que l'association internationale du transport aérien (Iata) estime qu'un retour du trafic aérien mondial au niveau d'avant-crise n'est pas attendu avant 2024...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.