Tous les changements du 1er janvier

Tous les changements du 1er janvier©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 21h21

Prix de l'énergie, vaccins, pouvoir d'achat des fonctionnaires... Il va falloir se faire aux changements du 1er janvier ! Tour d'horizon...

Gaz. Les tarifs réglementés de vente hors taxe du gaz naturel augmenteront en moyenne de 2,3% le 1er janvier. La facture sera encore plus salée avec la Taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), qui entraînera une augmentation d'environ 4,7% sur la facture annuelle des consommateurs se chauffant au gaz, qu'ils soient au tarif réglementé ou en offre de marché.

Chèque énergie. Remis aux familles les plus démunies pour les aider à payer leur facture d'énergie, ce chèque va être généralisé... L'expérimentation a été concluante, a fait savoir le ministère de la Transition écologique. Ce sont donc quatre millions de ménages qui seront concernés en 2018.

Fiscalité des carburants. Elle va évoluer en 2018. Globalement, il faudra prévoir un surcoût de 3,9 centimes par litre d'essence et de 7,6 centimes par litre de gazole. L'objectif est d'aligner la fiscalité du gazole sur celle de l'essence d'ici 2021.

Achat de véhicule neuf. Le barème du malus sera durci. L'entrée dans le malus se fera à partir de 120 g de CO2 par km (50 euros) au lieu de 127 g actuellement. A 140 g, il faudra par exemple débourser 1.050 euros, contre 473 euros cette année. En haut de tableau, le malus maximal passera à 10.500 euros (dès 185 g), soit 500 euros de plus que le plafond actuel (à partir de 191 g).

Allocations. Les plafonds de ressources utilisés pour calculer le montant des allocations familiales et d'autres prestations (complément familial, prestation d'accueil du jeune enfant, allocation de rentrée scolaire) sont revalorisés de 0,2%.

SMIC. La revalorisation du smic au 1er janvier sera limitée à l'augmentation automatique prévue par la formule légale, sans "coup de pouce" supplémentaire. Le salaire minimum interprofessionnel de croissance atteindra 1.498 euros brut par mois pour 35 heures hebdomadaires, contre 1.480 euros actuellement. "Couplé à la baisse des cotisations salariales, cela représente, en salaire net pour une personne travaillant à temps plein, une augmentation de 20 euros par mois de janvier à septembre puis de 35 euros à partir du 1er octobre. Au total, la hausse sur l'année sera de 285 euros", explique le gouvernement.

CSG. C'était l'une des mesures phare d'Emmanuel Macron : la hausse de la CSG sera compensée par un allègement de cotisations (maladie, chômage). Rapportée à la hausse de CSG (+1,7 point), la baisse de cotisations sera de 3,15 points.

Fonctionnaires. Leur jour de carence en cas d'arrêt maladie sera rétabli.

Le bulletin de paie simplifié. Entré en vigueur le 1er janvier 2017 pour les employeurs de 300 salariés, ceux de moins de 300 salariés seront concernés à partir de cette année.

PV. Les prix du stationnement pourraient flamber dans certaines villes ! Ces dernières vont fixer elles-mêmes les tarifs, mais aussi le montant du forfait remplaçant l'amende, les infractions étant désormais dépénalisées. Le FPS (forfait post-stationnement) pourrait monter à 70 euros à Lyon.

Vaccins. Ils étaient trois auparavant, ils seront désormais onze à être obligatoires pour les enfants. En plus de la diphtérie, du tétanos et de la poliomyélite (DTP), il faudra compter la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l'hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque, et le méningocoque C.

Forfait hospitalier. Il monte de deux euros pour passer à 20 euros par jour, une dépense prise en charge par les complémentaires santé pour ceux qui en disposent.

Télévision. Terminé, les publicités avant, pendant et après les émissions pour enfants de moins de douze ans sur les chaînes du service public. L'objectif est de combattre l'obésité infantile.

Tabac. Petit répit pour les fumeurs, certains paquets de cigarettes devraient afficher des prix en baisse, à l'image de Camel. Les ajustements des fabricants entraîneront une baisse de 20 centimes... Mais une hausse d'un euro est prévue en mars 2018, suivie d'augmentations de 50 centimes en avril 2019, novembre 2019 et avril 2020. La dernière hausse de la série, prévue pour novembre 2020, s'élèvera à 40 centimes.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU