Transport aérien: L'IATA met en garde contre le protectionnisme et la hausse du pétrole

Chargement en cours
Le directeur général de l'IATA, Alexandre de Juniac, à l'ouverture de la 4ème assemblée générale de l'Association internationale du transport aérien le 4 juin 2018 à Sydney
Le directeur général de l'IATA, Alexandre de Juniac, à l'ouverture de la 4ème assemblée générale de l'Association internationale du transport aérien le 4 juin 2018 à Sydney
1/2
© AFP, PETER PARKS

AFP, publié le lundi 04 juin 2018 à 10h33

Les conflits commerciaux et le protectionnisme risquent de peser sur les résultats des compagnies aériennes, déjà pénalisées par la hausse des cours du pétrole, a estimé lundi l'Association internationale du transport aérien (IATA).

Cet avertissement a été lancé à l'occasion de la 4e assemblée générale de l'organisation, au cours de laquelle la prévision de bénéfice net des compagnies aériennes en a été révisée à la baisse pour 2018, à 33,8 milliards de dollars, contre 38,4 milliards en décembre.

Cette baisse reflète l'impact de la hausse des cours du brut, qui ont atteint leur plus haut niveau en trois ans et demi en raison du retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et de la situation au Venezuela.

Le directeur général de l'IATA, Alexandre de Juniac, a déclaré que les compagnies n'avaient pas pour l'heure enregistré de "baisse significative" du trafic passagers et fret, mais averti qu'il y aurait des répercussions si les tensions commerciales se poursuivaient.

"D'une façon générale, nous pensons (...) que tous ces obstacles au commerce sont de mauvaises nouvelles pour le secteur", a déclaré l'ancien PDG d'Air France-KLM aux journalistes.

L'administration Trump est montée d'un cran dans son offensive commerciale contre ses alliés en mettant en application vendredi de nouvelles taxes douanières sur leur acier et leur aluminium.

Mais les acteur du secteur aérien sont également préoccupés par le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien ainsi que par les conséquences du Brexit.

L'IATA, qui regroupe 280 compagnies représentant 83% du trafic aérien mondial, a rappelé que le secteur avait connu neuf années consécutives de croissance, bien que les bénéfices d'exploitation tendent à diminuer depuis 2016 en raison des hausses de coûts.

"2018 est une année plus difficile mais les compagnies aériennes ont fait du beau travail dans un environnement changeant", a déclaré M. de Juniac. "C'est un secteur résilient qui a connu près de deux décennies de changements importants et spectaculaires."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU