Transport : la Cour des comptes épingle la gestion des gares SNCF

Transport : la Cour des comptes épingle la gestion des gares SNCF
Quai désert

Orange avec Boursier.com, publié le mercredi 21 avril 2021 à 08h58

Les gares sont "dans une impasse financière", selon les sages de la rue Cambon qui appellent l'Etat à augmenter ses subventions pour financer les investissements...

Les gares sont "dans une impasse financière", selon les sages de la rue Cambon qui appellent l'Etat à augmenter ses subventions pour financer les investissements...

La Cour des comptes appelle à une "réaction de l'Etat"... Dans un rapport particulièrement sévère, les sages de la rue Cambon ont alerté sur la gestion des 3.017 gares du territoire métropolitain, pointant notamment "un modèle économique complexe et peu lisible pour les transporteurs", "une offre de services mal définie et une qualité de service à améliorer", et "des ressources insuffisantes au regard des besoins d'investissements".

"Affectataire d'un patrimoine considérable tant par son volume que par son intérêt historique et culturel", Gares et Connexions, gestionnaire des gares de la SNCF, devenu société anonyme en janvier 2020, "est confronté aujourd'hui à une impasse financière s'agissant du financement des investissements en gares", affirme l'institution.

Alors que la filiale de SNCF Réseau tire ses revenus des redevances versées par les transporteurs ferroviaires et des concessions commerciales, la Cour rappelle qu'"en principe, ce modèle économique doit permettre à l'entreprise de couvrir ses coûts d'exploitation et de dégager une marge opérationnelle pour financer les investissements en gare". "Cependant, il souffre de plusieurs faiblesses qui nuisent à son efficacité", pointe-t-elle...

Une offre de service très variable selon les gares

Le rapport met notamment en lumière une redevance facturée aux transporteurs pas assez "transparente", "trop instable" et qui "varie fortement selon les régions et les catégories de gares". "Cette hétérogénéité des tarifs, qui n'est pas justifiée par des différences dans les services offerts aux transporteurs, se traduit par des effets contre-productifs, en particulier pour les très grandes gares", soulignent les sages de la rue Cambon.

Les recettes sont insuffisantes et ne permettent que d'"assurer l'entretien minimal des bâtiments" et de "respecter ses obligations légales en matière de mise en accessibilité", selon la Cour des comptes, qui évoque également une offre de service "très variable entre des gares de même catégorie".

Déplorant notamment "l'absence de cahier des charges en la matière", l'institution estime que l'Etat et les régions pourraient fixer des objectifs concernant le niveau de service qu'elles attendent, dans les contrats signés avec la société gestionnaire...

L'Etat doit "assumer ses responsabilités à l'égard du réseau des gares"

Pour la Cour des comptes, "l'Etat ne prend pas en charge le financement d'obligations dont il est pourtant responsable, pour un patrimoine qui lui appartient et dont Gares et Connexions n'est qu'affectataire". Elle l'appelle à "assumer enfin ses responsabilités à l'égard du réseau des gares", déplorant une "carence".

"En 2019, les subventions versées par l'Etat pour contribuer au financement des investissements en gares représentaient 32,7 millions d'euros, bien loin des 362 millions d'euros accordés par l'Etat fédéral allemand", fait-elle remarquer, tout en demandant à l'Etat de mobiliser désormais "des moyens budgétaires suffisants pour assurer le financement des investissements nécessaires à la modernisation des gares ainsi qu'au maintien en condition d'un patrimoine historique qu'il a décidé de préserver".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.