Transports : en zone urbaine, se déplacer en voiture coûterait moins cher que prendre le bus

Transports : en zone urbaine, se déplacer en voiture coûterait moins cher que prendre le bus
voiture automobile trafic

Boursier.com, publié le vendredi 07 février 2020 à 16h16

La Fnaut, qui a publié une étude sur les dépenses des voyageurs selon les modes de transports, estime qu'il est nécessaire de rééquilibrer les coûts.

Un argument de plus pour les automobilistes ? Selon la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut), qui a publié ce vendredi une étude sur les dépenses des voyageurs selon les modes de transports, se déplacer en voiture serait moins coûteux au quotidien que prendre les transports en commun en zone urbaine pour les déplacements de proximité.

Le rapport, qui se base sur le "coût marginal" des différents modes de transports (c'est-à-dire uniquement les frais d'essence ou de stationnement, et non le prix d'achat de la voiture et les frais de crédit), évoque notamment un écart qui s'est creusé entre 2011 et 2018.

Ainsi, en 2018, "pour les déplacements courts, la voiture (au coût marginal) revient moins cher pour le voyageur que le transport collectif urbain : 8 centimes par voyageur x km en moyenne contre 14", indique la fédération.

Lorsqu'on ne regarde que les dépenses marginales, le mode qui revient le moins cher est, sans surprise, le vélo (0 centime par voyageur x km).

Le train plus compétitif pour les longues distances

Concernant les trajets longue distance, le rapport note tout de même que le train apparaît plus compétitif par rapport à la voiture, les écarts de coût étant réduits. Mais il reste plus onéreux que les cars Macron : "5 centimes en moyenne par voyageur au kilomètre alors que le train c'est 9 ou 10 centimes, selon que vous preniez le TGV ou l'Intercités", a expliqué l'auteur de l'étude Jean-Marie Beauvais à 'franceinfo'.

Dans son rapport, la Fnaut propose alors de réduire le taux de la taxe sur la valeur ajoutée applicable aux billets de train à 5,5% (contre 10% actuellement).

Par ailleurs, les modes qui reviennent le moins cher restent le covoiturage (5 centimes par voyageur x km), l'autocar (5 centimes par voyageur x km) et l'avion à bas coût (7 centimes par voyageur x km).

Nécessité de rééquilibrer les coûts

Face à ces écarts de coût, la Fnaut a évoqué la nécessité d'un rééquilibrage et la mise en place d'une "équité entre les modes" de transports. Pour cela, elle estime notamment que "l'usager de la voiture doit contribuer aux frais de voirie". Selon le président de la Fnaut Bruno Gazeau, interrogé par 'franceinfo', "les collectivités ont la possibilité de le faire". Mais "elles ne s'en sont pas saisies. Elles ont plutôt investi sur les politiques de stationnement", a-t-il ajouté.

La fédération pense qu'une hausse modérée du coût d'usage de la voiture est légitime, "le produit des nouvelles taxes (TICPE, péage urbain) devant être affecté aux modes alternatifs". Selon l'économiste Jean-Marie Beauvais, cité par dans le rapport, "un centime supplémentaire de TICPE sur les carburants routiers (chiffres 2018) rapporterait 520 millions d'euros ; si seul le carburant automobile était taxé, le produit serait de 271 millions d'euros".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.