Transports : "environ 50% de réservations en moins" pour les vacances de février

Transports : "environ 50% de réservations en moins" pour les vacances de février
Vacances, Covid-19, coronavirus, voyage, Paris

Boursier.com, publié le lundi 25 janvier 2021 à 15h59

"Les Français font preuve de bon sens, ils ont parfaitement compris que la situation sanitaire est fragile", a estimé le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Alors que le gouvernement pourrait décider de mettre en place un nouveau confinement pour lutter contre la propagation du Covid-19, les Français semblent être résignés à ne pas voyager. Selon le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, le nombre de réservations dans les transports a chuté de 50% pour les vacances scolaires qui débutent le 6 février dans plusieurs académies.

"On a environ 50% de réservations en moins", notamment "à destination de la montagne" a-t-il ainsi indiqué ce lundi sur 'franceinfo', estimant que les Français semblent attendre les consignes du gouvernement lié à l'épidémie de Covid-19 avant de programmer leurs séjours.

"Les Français font preuve de bon sens, ils ont parfaitement compris que la situation sanitaire est fragile" et "ils ont peu réservé, ils vont sûrement faire comme en été et attendre les 5/6 derniers jours avant de réserver si la situation le permet", a souligné Jean-Baptiste Djebbari.

Billets échangeables et annulables jusqu'à 3 jours avant le départ

Le ministre délégué aux Transports a également précisé avoir demandé "aux différentes compagnies aériennes et à la SNCF de faire en sorte que les billets qui ont déjà été achetés soient échangeables, annulables, jusqu'à 3 jours avant le départ pour la SNCF". "Les Français peuvent donc aborder cette période "d'incertitude avec sérénité puisqu'ils savent qu'ils seront remboursés", a-t-il ajouté.

Invité de 'franceinfo' dimanche, le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait de son côté exhorté les Français à "ne plus voyager" en dehors de la France. "Si vous allez à l'étranger, il faut le faire pour des raisons extrêmement impératives", a-t-il affirmé, rappelant que depuis la nuit de samedi à dimanche, présenter un test PCR négatif est devenu obligatoire pour les voyageurs en provenance de l'Union européenne dans les ports et aéroports français.

Les voyages non-essentiels "fortement" déconseillés

La semaine dernière, la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen avait également réitéré son appel à la prudence face à la propagation du virus et de ses variants et "déconseillé fortement" les voyages non-essentiels.

Selon Jean-Baptiste Djebbari, il s'agit d'"un appel à la responsabilité". "Chacun a conscience que ce virus circule et qu'on a tous une part à prendre", a-t-il souligné, avant de préciser : "les motifs permis sont professionnels, de regroupement familial ou pour aller porter assistance à quelqu'un de sa famille. Ce ne sont pas des vacances. Nous avons 5 fois moins de personnes qui viennent en Europe depuis les frontières extérieures qu'habituellement".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.