"Travailleurs indépendants" : Uber et Lyft remportent le référendum en Californie

"Travailleurs indépendants" : Uber et Lyft remportent le référendum en Californie
Passant devant le Lyft Driver Hub de Los Angeles, Californie.

Boursier.com, publié le mercredi 04 novembre 2020 à 10h59

Des dizaines de milliers de chauffeurs californiens resteront indépendants et recevront des compensations, telles qu'un revenu minimum garanti ou une contribution à une assurance santé et d'autres assurances...

C'était l'autre scrutin qui a mobilisé les Californiens... Appelés à se prononcer le 3 novembre sur un référendum permettant à Uber, Lyft et d'autres applications de livraison de ne pas requalifier leurs chauffeurs en salariés, les électeurs californiens ont approuvé la "Proposition 22" formulée par les plateformes de la "gig economy" ("économie à la tâche") pour préserver leur modèle.

Ce référendum demandait aux électeurs s'ils souhaitaient exempter les applications de VTC et de livraison d'une loi transformant leurs chauffeurs en salariés. Les conducteurs pourraient alors garder leur statut de travailleurs indépendants, mais verraient leurs conditions améliorées.

Les électeurs de cet Etat américain, qui compte 40 millions d'habitants, ont ainsi voté "oui" à 58%, alors que 68% des bulletins avaient été comptés, selon la presse américaine, qui relaie les chiffres de l'agence Associated Press révélés ce mercredi matin.

Des compensations pour les chauffeurs californiens

Selon la "Proposition 22", les dizaines de milliers de chauffeurs californiens resteront ainsi indépendants et ils recevront des compensations, telles qu'un revenu minimum garanti, une contribution à une assurance santé et d'autres assurances, en fonction du nombre d'heures travaillées par semaine.

Pour rappel, Uber et son concurrent américain Lyft faisaient face à des pressions juridiques pour se conformer à une loi entrée en vigueur le 1er janvier 2020 en Californie. Cette loi, dite "AB5", impose aux entreprises de la "gig economy" opérant en Californie de requalifier comme employés les contractuels.

"L'avenir du travail indépendant est désormais assuré"

Les deux leaders des plateformes de réservation de voitures avec chauffeur refusaient alors d'appliquer la loi de l'Etat. Fin octobre, une cour d'appel californienne avait confirmé une décision judiciaire rendue cet été, qui contraignait les deux entreprises américaines de requalifier ses chauffeurs en employés dans cet Etat américain.

Uber, Lyft et d'autres applications de livraison avaient ainsi organisé un référendum sur un compromis. Le patron d'Uber Dara Khosrowshahi s'est félicité de cette victoire dans un e-mail adressé aux chauffeurs. "L'avenir du travail indépendant est désormais assuré, parce que de nombreux conducteurs comme vous ont pris la parole", a-t-il écrit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.