Trente-six produits contenant du glyphosate interdits à la vente en France

Trente-six produits contenant du glyphosate interdits à la vente en France
Blé pour illustration agriculture

Boursier.com, publié le lundi 09 décembre 2019 à 14h40

L'Agence nationale de sécurité sanitaire réexamine les autorisations de mise sur le marché et fait un grand ménage.

Paris a décidé d'interdire cet herbicide à partir de 2021, pour certains usages, avant d'en sortir totalement d'ici cinq ans... Trente-six produits à base de glyphosate vont être retirés de la vente en France, annonce lundi l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Ces produits représentaient en 2018 près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France pour des usages agricoles et non agricoles, précise l'agence sanitaire dans un communiqué.

Risques pour l'ADN

Actuellement, 69 produits à base de glyphosate sont disponibles sur le marché en France et ont fait l'objet d'une demande de renouvellement de leur autorisation. Les 36 épinglés par l'Anses "ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l'insuffisance ou de l'absence de données scientifiques permettant d'écarter tout risque génotoxique (qui peuvent engendrer des mutations génétiques, Ndlr", ajoute l'autorité.

L'agence a parallèlement refusé d'autoriser quatre nouveaux produits.

L'@Anses_fr annonce le retrait de 36 produits à base de glyphosate >? https://t.co/Yn6InoYBnr pic.twitter.com/YbfhpoWtTn
- Anses (@Anses_fr)

Réapprobation pour 5 ans

L'Anses a engagé un réexamen de la totalité des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate commercialisés en France à la suite de la réapprobation pour cinq ans de la substance herbicide par l'Union européenne en 2017. Le processus doit s'achever fin 2020.

"Seuls les produits à base de glyphosate répondant aux critères d'efficacité et de sécurité définis au niveau européen pour les usages revendiqués, et ne pouvant pas être substitués de façon satisfaisante, bénéficieront in fine de l'accès au marché français", ajoute l'Anses.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.