Très attendu par les Français, le déconfinement les inquiète aussi

Très attendu par les Français, le déconfinement les inquiète aussi©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le lundi 17 mai 2021 à 16h05

Selon une étude, à peine un sondé sur quatre estime que l'épidémie "va diminuer" et 39 % pensent même qu'elle "va rebondir".

Selon une étude, à peine un sondé sur quatre estime que l'épidémie "va diminuer" et 39 % pensent même qu'elle "va rebondir".

Le retour à une vie un peu plus normale... Commerces, terrasses de bars et de restaurants, cinémas, musées : même avec des capacités réduites, la réouverture de nombreux établissements accueillant du public à partir de mercredi 19 mai est très attendue par les Français, après plus d'un an de crise sanitaire liée au covid-19.

Selon une enquête OpinionWay-Square pour 'Les Echos' et Radio classique, plus de huit personnes interrogées sur dix sont favorables à l'extinction du couvre-feu, à la fin des interdictions de déplacement comme à la réouverture des commerces "non essentiels", des terrasses, espaces culturels et établissements sportifs. La fin des attestations en journée est saluée par 92% des Français. Ils tablent à 74% sur un retour des entreprises à une "activité normale" et 66% parient sur une réduction du télétravail.

Source d'anxiété

Pourtant, cet événement est également source d'anxiété et certains Français pensent que le gouvernement va trop vite. A peine un sur quatre estime que l'épidémie "va diminuer" et 39 % pensent même qu'elle "va rebondir", tandis que 35% tablent sur un maintien "au même niveau".

"La crainte d'une recrudescence est particulièrement élevée chez les moins de 25 ans (44%), les premiers à souffrir des restrictions mais toujours moins vaccinés", écrivent 'Les Echos'.

Mauvais tempo ?

Le rythme du déconfinement est remis en cause par les sondés, et ils sont 40% à estimer que l'exécutif devrait aller moins vite. Ils sont 29% à demander plus de rapidité, tandis que 30% estiment que l'équipe de Jean Castex a choisi le bon tempo - une baisse de 20 points par rapport au déconfinement de mai 2020 .

"A l'époque, beaucoup espéraient et même pensaient que l'épidémie était terminée. Aujourd'hui, il y a la crainte d'une épidémie sans fin ", rappelle Bruno Jeanbart, le vice-président d'OpinionWay, cité par 'Les Echos'. Selon lui, "il n'y a aucun consensus dans la société sur ce qu'il faut faire" face au virus actuellement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.