"Trou de la Sécu" : le remboursement repoussé à 2033 à cause de la crise sanitaire ?

"Trou de la Sécu" : le remboursement repoussé à 2033 à cause de la crise sanitaire ?
assurance maladie

Boursier.com, publié le mercredi 20 mai 2020 à 10h53

Selon 'Les Echos', le gouvernement envisage d'ajouter plus de 130 milliards de dette au "trou de la Sécu", dont le remboursement serait repoussé de 2024 à 2033...

Un "trou" pour la Sécu au moins jusqu'en 2033 ? Selon les informations des 'Echos', un projet de loi serait en cours de rédaction afin de reporter de neuf ans le remboursement du fameux "trou de la Sécu" en raison de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences budgétaires. Le gouvernement se préparerait à ajouter plus de 130 milliards de dette.

Ce projet de loi prévoit "une défaisance massive de dette sociale" et "l'affectation d'une fraction de CSG à la perte d'autonomie, chaque année, à partir de 2024", explique le quotidien économique dans édition de ce mercredi, ajoutant que le texte doit être envoyé "très prochainement aux partenaires sociaux".

Pour rappel, le retour à l'équilibre pour la budget de la Sécu avait déjà été repoussé en décembre dernier. Selon la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades), les 90 milliards de dettes restants devaient alors être remboursés d'ici 2024.

Transfert de dette

Toujours selon le quotidien, le gouvernement envisage de transférer le passif de l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) à la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades), soit les 31 milliards accumulés fin 2019, auxquels se greffent "au moins 92 milliards pour 2020, 2021, 2022", ainsi que les 10 milliards de dette des hôpitaux dont la reprise avait été annoncée en novembre.

Ce transfert de dette a été évoqué fin mars par l'exécutif. "Le transfert à la Cades de déficits sociaux liés à la crise sanitaire est une bonne solution, mais il faut que ça s'accompagne d'un solide plan pour la dépendance", a estimé Laurent Saint-Martin, le rapporteur LREM du budget à l'Assemblée, cité par 'Les Echos'.

41 milliards d'euros en 2020 ?

Le plafond de découvert autorisé de l'Acoss, "qui joue le rôle de 'banque' des administrations sociales", comme le rappelle le quotidien économique, a été relevé lundi pour la deuxième fois depuis le début de la pandémie de coronavirus. Ainsi, il atteint désormais 95 milliards d'euros.

Fin avril, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, auditionné par la commission des affaires sociales du ­Sénat, avait indiqué que le déficit de la Sécurité sociale devrait dépasser les 41 milliards d'euros cette année. "Du jamais-vu", selon lui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.