Trump impose des taxes sur l'acier au risque d'une guerre commerciale

Chargement en cours
Le président américain Donald Trump, dans les jardins de la Maison Blanche le 7 mars 2018
Le président américain Donald Trump, dans les jardins de la Maison Blanche le 7 mars 2018
1/2
© AFP, MANDEL NGAN

AFP, publié le jeudi 08 mars 2018 à 21h37

Donald Trump a imposé jeudi des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis, ignorant les mises en gardes répétées de nombre de ses alliés, Union européenne en tête, sur les risques d'une guerre commerciale aux conséquences imprévisibles.   

Après plusieurs jours d'intenses spéculations, le président américain a signé, depuis la Maison Blanche, les documents controversés qui marquent un net virage protectionniste, 13 mois après son arrivée au pouvoir.

Cette décision intervient le jour même où onze pays des deux rives du Pacifique ont ressuscité, au Chili, l'accord de libre-échange transpacifique (TPP), donné pour mort il y a un an après le retrait des Etats-Unis.

Ces taxes, de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, entreront en vigueur dans 15 jours.

Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier des Etats-Unis, en sera cependant exempté "pour le moment", de même que le Mexique. Le sort qui sera réservé à ces deux pays frontaliers des Etats-Unis sur le moyen terme dépendra en particulier de l'issue des négociations en cours sur l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Selon un responsable de l'exécutif américain, tous les pays concernés pourront entamer des discussions avec les Etats-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption.

L'annonce de la mise en place de droits de douane a suscité une véritable fronde au sein même du camp républicain où nombre d'élus ne partagent pas l'avis du magnat de l'immobilier selon lequel les guerres commerciale sont "bonnes et faciles à gagner".

Son principal conseiller économique, Gary Cohn, a démissionné mardi en raison de son opposition à de telles mesures.

Le locataire de la Maison Blanche s'est appuyé sur une procédure rarement invoquée de la législation commerciale américaine: l'article 232 qui s'appuie sur des arguments liés à la défense nationale pour limiter l'importation de produits et de biens aux Etats-Unis. 

Cet article 232 a notamment été utilisé dans les années 1970 lors de la crise pétrolière et plus récemment en 2001 également dans le cas de l'acier.

"Nous allons être très équitables, nous allons être très flexibles", avait promis le président américain quelques heures avant la signature, promettant de trouver un terrain d'entente avec les "vrais amis" des Etats-Unis.

Evoquant à la fois les questions commerciales et de défense, il avait pointé du doigt l'Allemagne. "Nous avons des amis et aussi des ennemis qui ont énormément profité de nous depuis des années sur le commerce et la défense (...) Si on regarde l'Otan, l'Allemagne paie 1% et nous payons 4,2% d'un PIB beaucoup plus important. Ce n'est pas juste".

- 'Mauvais remède' -

Cette annonce devrait provoquer une vive réaction de l'Union européenne qui martèle depuis plusieurs jours qu'une guerre de tranchées serait nuisible à tous et a dit préparer des mesures de rétorsion.

Les Européens exportent environ 5 milliards d'euros d'acier et 1 milliard d'euros d'aluminium chaque année vers les Etats-Unis.

"Il est désormais temps pour les responsables politiques des deux côtés de l'Atlantique d'agir de façon responsable", avait exhorté le président du Conseil européen Donald Tusk, précisant que le contentieux serait au programme du prochain sommet européen à Bruxelles les 22 et 23 mars.

Bien avant la promulgation de ces taxes, l'UE avait préparé une riposte. La commissaire au Commerce extérieur Cecilia Malmström a ainsi détaillé une liste de produits américains qui pourraient être taxés, dont le fameux beurre de cacahuète, pour compenser en valeur le dommage causé à l'industrie européenne.

Jeudi, le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi est à son tour monté au créneau, redoutant que l'escalade de mesures protectionnistes ne compromette la croissance.

Du côté des autres partenaires commerciaux, Pékin a indiqué jeudi qu'il adopterait une "réponse appropriée et nécessaire" face à d'éventuelles sanctions commerciales américaines.

"Dans notre époque mondialisée, ceux qui recourent à la guerre commerciale choisissent le mauvais remède, ils ne feront que pénaliser les autres tout en se pénalisant eux-mêmes", a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
113 commentaires - Trump impose des taxes sur l'acier au risque d'une guerre commerciale
  • avatar
    schoko -

    il a bien raison il défend son pays et en même temps il force les européens à ouvrir leurs yeux comme je crois comprendre nous exportons des aciers nobles pour importer de l'acier brut ou presque mauvais des pays asiatiques et de Chine je comprends pourquoi lorsque j'enfonce un clou il se plie au deuxième coup de marteau

  • avatar
    bolan17 -

    Défendre les intérêts de son pays est légitime, surtout ne pas prendre la France comme modèle.

  • avatar
    Pat74000 -

    Mais bien sur qu'il a raison,il défend avant tout les intérêts de son pays,contrairement à macron (je fais exprès de mettre un "m" minuscule,je ne respect pas ce personnage) qui enfonce notre nation.

  • avatar
    capricorne21 -

    ne plus importer du blé , du bœuf , des bagnoles , qu'il garde leur Coca Cola

    de merde ; le beurre de cacahuéte et les oranges ce n'est pas avec de tels

    articles qu'on lui fera peur

    avatar
    schoko -

    on importe du blé alors que l'on force nos agriculteurs à laisser leur terre en jachère elle est pas belle la France

  • avatar
    lelutin -

    que de vision différente d'un monde qui met a mal le libéralisme ennemi n°1 des peuples