Trump optimiste sur un traité de paix commerciale avec la Chine

Chargement en cours
Donald Trump dans la roseraie de la Maison Blanche vendredi 15 février
Donald Trump dans la roseraie de la Maison Blanche vendredi 15 février
1/4
© AFP, Brendan SMIALOWSKI

AFP, publié le vendredi 15 février 2019 à 18h24

Donald Trump s'est montré optimiste vendredi sur la perspective de mettre fin à la guerre commerciale qu'il mène contre Pékin et a évoqué la possibilité de prolonger la trêve avant de frapper des importations chinoises de nouveaux droits de douane.

Les négociations --dont un troisième round vient de s'achever vendredi à Pékin au niveau ministériel-- se passent "extrêmement bien", a dit le président. Il a immédiatement tempéré sa déclaration, comme il le fait souvent, d'un: "Dieu sait ce que ça veut dire."

"Nous sommes plus proches que nous ne l'avons jamais été dans ce pays de conclure un véritable accord", a-t-il toutefois ajouté au cours d'une rencontre avec la presse à la Maison Blanche.

Le président américain a aussi évoqué la possibilité d'étendre au-delà du 1er mars la trêve commerciale négociée avec son homologue chinois Xi Jinping lors d'un sommet fin novembre à Buenos Aires.

"Il y a une possibilité que je prolonge la trêve. Si je vois que nous sommes proches d'un accord ou que l'accord va dans la bonne direction, alors je le ferai avec les mêmes tarifs. Je ne les augmenterais pas", a souligné le président, sans dire de combien de semaine il pourrait repousser l'échéance.

Ce ton optimiste soutenait les principaux indices de la Bourse de New York vendredi, les investisseurs scrutant la moindre bribe d'information sur le sujet, qui empoisonne les relations entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales depuis l'arrivée de M. Trump au pouvoir.

Les Etats-Unis avaient menacé de faire passer le 1er mars de 10 à 25% les droits de douane sur des produits chinois représentant 200 milliards de dollars d'importations annuelles si aucun accord n'était trouvé avec Pékin.

Le locataire de la Maison Blanche a aussi rappelé qu'il rencontrera Xi Jinping --après la tenue d'un nouveau tour de négociations à Washington au niveau ministériel la semaine prochaine -- pour "régler en tête à tête directement les problèmes qui subsistent".

- Couché sur le papier -

A l'issue des discussions, d'abord entre haut-fonctionnaires puis au niveau ministériel, qui se sont achevées vendredi à Pékin avec une rencontre entre Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor, Robert Lighthizer le négociateur en chef et Xi Jinping, les deux parties ont fait état de progrès. Mais elles ont aussi reconnu que des questions "très difficiles" sont toujours en suspens.

Les Américains ont rappelé leur liste de griefs et de demandes: l'arrêt du transfert imposé de technologies, le respect des droits de propriété intellectuelle, la fin du piratage informatique, la levée de barrières non tarifaires mais aussi un déficit commercial très important et la monnaie.

Les deux parties se sont enfin entendues pour que "tout engagement soit consigné" dans un protocole d'accord, a dit la Maison Blanche. La partie américaine insiste depuis le début sur la nécessité de pouvoir vérifier l'application de tout accord. 

- Réformes structurelles  -

Si la presse chinoise fait assaut d'optimisme, la presse américaine affirme que peu de progrès ont été enregistrés sur les questions les plus difficiles qui exigeraient des réformes structurelles profondes de la part des autorités chinoises.

Les observateurs estiment en général que le rééquilibrage de la balance commerciale --les produits consommés aux Etats-Unis sont massivement fabriqués en Chine-- est le dossier le moins ardu dans ces difficiles négociations, Pékin ayant déjà laissé entendre qu'il pourrait acheter plus de produits américains agricoles ou autres. 

En 2017, le déficit commercial sur les échanges de marchandises était de 375 milliards de dollars, selon les chiffres américains. En 2018, il devrait nettement dépasser ce montant. 

L'administration Trump compte sur le ralentissement de l'économie chinoise pour convaincre Pékin qu'il doit céder à la pression américaine afin d'obtenir la levée des droits de douane de l'Oncle Sam.

Les chiffres publiés vendredi par le gouvernement chinois apportent de l'eau au moulin de cette stratégie: les prix à la production sont tombés en janvier au plus bas depuis deux ans, au niveau quasi-nul de +0,1% sur un an, indiquant un net essoufflement de l'activité dans la deuxième économie du monde.

Après avoir progressé cette semaine du fait des négociations commerciales, les Bourses de Hong Kong et Shanghai ont perdu plus de 1% vendredi à la suite de la publication de ces statistiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.