Trump positif au Covid-19: Wall Street chute à l'ouverture

Trump positif au Covid-19: Wall Street chute à l'ouverture
La Bourse de New York à Wall Street, le 31 août 2020

AFP, publié le vendredi 02 octobre 2020 à 16h34

Wall Street, qui a ouvert lourdement en chute vendredi après l'annonce coup de tonnerre que le président des Etats-Unis Donald Trump avait été testé positif au Covid-19 à un mois des élections, modérait sa baisse peu après l'ouverture.

A 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) perdait 0,73% à 27.612,46 points.  

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,26% à 11.184,00 points. Juste après la sonnerie de la cloche, les deux indices avaient respectivement plongé de -1,46% et -2,15%.

L'indice élargi S&P 500 cédait 1,27% à 3.338,00 points.

Jeudi, la Bourse de New York avait terminé modestement dans le vert, le DJIA avait grappillé 0,13%. Le Nasdaq avait avancé de 1,42% et le S&P 500 avait gagné 0,53%.

Le locataire de la Maison Blanche a annoncé vendredi, dans un tweet, qu'il avait été testé positif au Covid-19 tout comme sa femme Melania, et qu'il se mettait en quarantaine à la Maison Blanche.

"La nouvelle a fait basculer le marché à terme mais les choses se sont stabilisées", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

"Le président des Etats Unis qui ne voulait pas porter de masque ni insister pour que son entourage le fasse a été diagnostiqué positif au Covid-19", a commenté Carl Weinberg, économiste en chef de HFE. 

"Les marchés sont instables à la perspective d'un leader américain gravement malade ou inapte. Cela ne mènera peut-être à rien, peut-être sera-t-il asymptomatique ? Mais ce matin, les marchés regorgent d'idées, de soupçons et de scénarios sur la façon dont tout cela va se dérouler", a-t-il indiqué.

Le simple fait que le président s'isole "ajoute à l'incertitude dans la course à la présidentielle le mois prochain", a remarqué pour sa part Fawad Razaqzada de ThinkMarkets.com. Et "les marchés n'aiment habituellement pas l'incertitude."

Les investisseurs digéraient vendredi de surcroît des chiffres de l'emploi mitigés, avec un taux de chômage certes en baisse à 7,9% pour septembre mais des créations d'emplois ralenties.

L'économie américaine a créé bien moins d'emplois le mois dernier que ne le prévoyaient les analystes avec 661.000 nouveaux postes.

Même si le taux de chômage est passé de 8,4% à 7,9%, cela suggère que la reprise s'essouffle. "La croissance de l'emploi se modère juste au moment où l'aide budgétaire s'arrête, mauvais cocktail", a résumé Kathy Bostjancic, d'Oxford Economics.

Autre incertitude, les investisseurs attendaient toujours un accord sur un plan d'aide massive à l'économie mais les espoirs ont été déçus, la Maison Blanche et les démocrates n'ayant pas réussi jeudi à rapprocher leurs positions. 

Les grands titres de la tech perdaient du terrain, tels Microsoft (-1,61%), Apple (-2,34%), Amazon (-2%). 

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine augmentait à 0,6874% contre 0,6774% mercredi soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.