Uber Eats va lancer un bouton "anti-discrimination" d'ici à la fin de l'été

Uber Eats va lancer un bouton "anti-discrimination" d'ici à la fin de l'été
Uber eats, livreurs

Orange avec Boursier.com, publié le vendredi 18 juin 2021 à 15h08

Cette initiative intervient après plusieurs agressions racistes en mai dernier...

Cette initiative intervient après plusieurs agressions racistes en mai dernier...

Face aux agressions racistes à l'encontre de livreurs, Uber Eats a décidé de réagir. Après avoir mené une campagne contre les violences et les discriminations en mars dernier, la plateforme de livraison de repas va lancer un bouton "anti-discrimination" sur son application d'ici la fin de l'été, comme l'a appris 'franceinfo' ce vendredi.

Ce dispositif doit permettre à la filiale d'Uber de réagir plus rapidement lors d'un signalement. "Cela permettra à nos équipes de pouvoir rappeler en priorité la personne qui a été victime d'une agression pour ainsi prendre les mesures adéquates après cet incident", explique Rym Saker, porte-parole d'Uber France.

"La course est géolocalisée, nous disposons des adresses, ce qui permet de fournir des informations qui peuvent être extrêmement précieuses aux forces de l'ordre dans le cadre d'une enquête', a-t-elle ajouté. Ce type de bouton avait été mis en place pour les chauffeurs de VTC depuis 2019.

Deux agressions racistes en un mois

Cette initiative intervient après plusieurs agressions racistes. Un livreur noir à vélo d'Uber Eats a été agressé fin mai alors qu'il récupérait une commande au Brasco, un restaurant de Cergy-Pontoise. Son avocat avait déposé plainte pour des faits qualifiés de "violence volontaire avec la circonstance aggravante de racisme".

En mai dernier également, un autre livreur à Laval, en Mayenne, avait décidé de porter plainte, après avoir reçu un message à caractère raciste d'une cliente, alors qu'il assurait une nouvelle livraison : "Dépêche-toi, esclave. Je vais te donner un centime, tu mérites que ça", avait-elle écrit.

Manifestation ce vendredi à Paris

"Nous réitérons avec force qu'Uber Eats ne saurait tolérer aucune discrimination envers les livreurs, restaurants et les clients, que cela soit en raison de leur origine, de leur religion, de leur handicap, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur situation familiale, de leur âge ou tout autre facteur de discrimination", avait alors réagi l'entreprise dans un communiqué.

C'est dans ce contexte que le Collectif des livreurs autonomes de plateformes (Clap) a lancé un appel à manifester ce vendredi à partir de 15h, place de la République, à Paris, afin notamment de dénoncer la banalisation de ce racisme...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.