Uber : spéculations autour de la voiture autonome et d'une nouvelle activité

Uber : spéculations autour de la voiture autonome et d'une nouvelle activité
Uber écran smartphone

Boursier.com, publié le mercredi 17 octobre 2018 à 16h32

Uber serait sur le point de s'attaquer à la location de semi-remorques. Le roi du VTC devrait en effet annoncer la création d'une nouvelle division baptisée 'Powerloop', qui connectera les petites et moyennes entreprises de transport à des semi-remorques entièrement remplies par de grandes entreprises qui ont besoin de transporter leurs marchandises à travers les Etats-Unis. C'est en tous cas ce qu'annonce le 'Wall Street Journal' dans son édition en ligne. Uber aurait déjà loué des centaines de remorques à une société, dont le nom n'a pas été divulgué.

Gain de temps

Ce système éviterait aux transporteurs d'attendre que les remorques soient chargées et permettrait aux expéditeurs de les remplir à leur convenance, plutôt que de patienter jusqu'à l'arrivée de remorques. Dans un premier temps, Uber testera Powerloop au Texas, mais l'entreprise envisage de l'étendre à d'autres régions des États-Unis. Le brasseur Anheuser-Busch compterait parmi les premiers clients de cette nouvelle activité.

Déjà présent dans le fret aux USA

Uber est déjà présent dans le fret via une application qui avertit les camionneurs disposant de leurs propres remorques vides de cargaisons de marchandises à transporter. Egalement lancé auTexas, le service est désormais disponible sur tout le territoire américain. Si l'activité n'est pas encore rentable, elle devrait atteindre la barre des 500 M$ de revenus l'an prochain.

Spéculations sur la branche de véhicules autonomes

Les spéculations autour de la société californienne vont bon train alors que l'introduction en bourse d'Uber devrait avoir lieu l'année prochaine. Selon le 'Financial Times', la firme pourrait ainsi céder une participation minoritaire dans sa division de véhicules autonomes. Le groupe aurait reçu des marques d'intérêt d'investisseurs potentiels et pourrait ainsi scinder sa division Advanced Technologies Group, qui serait cotée séparément. Uber conservera toutefois le contrôle opérationnel et la majorité du capital de la division, tandis que les coûts de développement et de commercialisation seront partagés avec des partenaires extérieurs, souligne le quotidien britannique, citant des sources proches du dossier.

Le WSJ a rapporté mardi qu'Uber pourrait être valorisé 120 milliards de dollars lors de son IPO selon des propositions soumises par des banques américaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.