Un accord avec le chinois ZTE ? "Pas si vite !" clame Trump

Un accord avec le chinois ZTE ? "Pas si vite !" clame Trump
ZTE smartphone équipementier télécom

Boursier.com, publié le mardi 22 mai 2018 à 23h07

Malgré le réchauffement annoncé ce week-end entre Pékin et Washington sur le front commercial, Donald Trump a fait quelque peu marche arrière mardi... Il a ainsi affirmé lors d'une intervention devant la presse qu'"il n'y a pas d'accord (sur le groupe chinois ZTE) Attendons de voir ce qu'il va se passer".

Le dossier de cet équipementier télécoms chinois est un important point d'achoppement dans les négociations américano-chinoises. En butte à des sanctions américaines depuis avril dernier, ZTE se trouve en effet confronté à de graves difficultés financières.

Un boycott de 7 ans infligé par Washington à ZTE

Lorsque la presse lui a demandé s'il était satisfait de façon générale des négociations américano-chinoises, Donald Trump a répondu "pas vraiment", ajoutant qu'il "reste beaucoup de chemin à parcourir" avant de parvenir à un accord en bonne et due forme.

Concernant ZTE, le président chinois Xi Jinping a demandé récemment à son homologue américain de reconsidérer l'interdiction, imposée par les autorités américaines, d'exporter pendant sept ans des composants américains destinés à ZTE. Cette sanction a conduit le groupe chinois à cesser une grande partie de ses activités et pénalise aussi les entreprises américaines.

Le 'Wall Street Journal' avait affirmé que Washington et Pékin étaient en passe de trouver un accord sur ZTE, évoquant le paiement d'une amende en échange d'une levée des sanctions.

Une amende supérieure à 1 Md$ pour ZTE ?

Devant la presse, Donald Trump n'a toutefois pas évoqué la levée des sanctions, mais a souligné que ZTE pouvait "payer le prix fort sans que cela ne menace les entreprises américaines" qui fournissent des composants électroniques. "On parle de très importantes sommes d'argent et d'emplois pour les entreprises américaines", a-t-il martelé.

"Par conséquent, j'envisage une très forte amende. J'envisage peut-être un nouveau management, un nouveau comité de directeurs, des règles de sécurité très strictes", a-t-il poursuivi, évoquant ensuite une amende de plus d'un milliard de dollars. "Elle pourrait s'élever à 1,3 milliard", a-t-il dit. "Et j'envisage également qu'ils devront acheter une part importante de leurs équipements aux entreprises américaines", a-t-il ajouté.

ZTE avait déjà été condamné en mars 2017 à 1,2 milliard de dollars d'amende. Puis, les sanctions d'avril l'ont contraint à cesser l'essentiel de ses activités, mettant quelque 75.000 emplois en danger.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.