Un nouveau confinement ? Le gouvernement temporise

Un nouveau confinement ? Le gouvernement temporise©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 26 janvier 2021 à 14h50

L'exécutif veut attendre la fin de la semaine pour mesurer plus finement les effets du couvre-feu. Il craint notamment les conséquences d'un reconfinement sur le moral des Français.

L'exécutif veut attendre la fin de la semaine pour mesurer plus finement les effets du couvre-feu. Il craint notamment les conséquences d'un reconfinement sur le moral des Français.

Le gouvernement français a jugé mardi qu'il n'y avait "pas de raison" "à ce stade" de décider un éventuel reconfinement face à l'épidémie de COVID-19. L'idée est d'attendre de connaître les premiers effets du couvre-feu national à 18h00 en vigueur depuis 10 jours. Il s'est aussi dit soucieux des conséquences psychologiques pour la population des restrictions déjà en place.

Plus de 3.000 patients en réanimation

Alors que le nombre de patients en réanimation, qui est l'un des principaux paramètres observés par les pouvoirs publics, est repassé lundi au-dessus du seuil des 3.000, ce qui n'était pas arrivé depuis le 9 décembre, et que les contaminations quotidiennes restent régulièrement supérieures à 20.000, les appels à reconfiner la population se font de plus en plus pressants parmi les médecins, jusqu'au président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy, qui le juge inévitable.

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, a néanmoins jugé qu'"aujourd'hui, la France est relativement privilégiée" par rapport à ses voisins, dont certains comme l'Allemagne imposent déjà depuis plusieurs semaines des restrictions plus drastiques à leurs habitants.

"Notre boussole, c'est la réalité de la circulation du virus. Nous sommes sur un plateau haut de contaminations, ça reste un plateau, ça reste inférieur à nos voisins qui ont pris les décisions de reconfinement", a-t-elle dit sur RMC et BFM.

"A ma connaissance, sur la base des données dont nous disposons, à ce stade, il n'y a pas de raison de décider un confinement", a-t-elle déclaré, assurant que les Français ne voulaient "ni excès de zèle ni laxisme".

"Pas de précipitation"

Interrogé sur la possibilité d'un troisième confinement en France à partir de la semaine prochaine, Bruno Le Maire a répondu sur Radio Classique: "Pas de précipitation. C'est au président de la République de fixer le calendrier et à lui seul sur la base de résultats établis et pas sur la base de commentaires de presse."

"J'entends certains qui nous disent tout à coup 'allez maintenant il faut complètement reconfiner'. Mais regardons d'abord sereinement, calmement 'est-ce que le couvre-feu à 18h00 a donné les résultats que nous espérions ?'", a proposé Bruno Le Maire. "Regardons les résultats en matière sanitaire et ensuite seulement prenons les décisions."

"Dur à vivre"

Pour Agnès Pannier-Runacher, le gouvernement pourra mesurer l'efficacité de ce couvre-feu à 18h00 "à la fin de cette semaine". "Il faut être très attentif à la situation psychologique des Français (...) des jeunes en particulier", a-t-elle en outre plaidé.

Même son de cloche du côté de Bruno Le Maire. "Ça fait des jours que les Français ont un couvre-feu à 18h00. C'est très pénalisant, c'est très dur à vivre (...) pour les commerçants, pour le monde économique, pour tous les Français", a-t-il dit. "Ça pèse déjà lourdement sur les Français. N'oublions pas que nous demandons des efforts considérables aux Français depuis des jours avec le couvre-feu."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.