Un nouveau paquebot géant commandé aux chantiers STX

Un nouveau paquebot géant commandé aux chantiers STX
STX chantiers navals Saint Nazaire

Boursier.com, publié le jeudi 14 juin 2018 à 21h33

Le carnet de commande des chantiers navals STX continue de s'étoffer. L'armateur italo-suisse MSC Cruises a ainsi confirmé jeudi la commande au chantier STX France de deux premiers paquebots de la série "Word Class", pour lesquels une lettre d'intention avait été signée en mai 2017.

Mais au-delà de cette confirmation, MSC a annoncé l'achat d'un autre navire, le cinquième de la classe Meraviglia, dont un premier exemplaire a été livré en mai 2017 par STX France.

5 milliards d'euros de commandes fermes

En déplacement à Saint-Nazaire pour l'occasion, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a confirmé les commandes de ces trois navires, dont une commande nouvelle, pour un montant total de plus de 3 milliards d'euros.

Le carnet de commandes de STX France est plein jusqu'en 2026, avec 5 milliards d'euros de commandes fermes et 7 milliards d'euros en options. Au total, les Chantiers de l'Atlantique doivent construire onze paquebots: six pour MSC (y compris la nouvelle commande) et cinq pour son concurrent américain, Royal Caribbean Cruise Line (RCCL).

STX France fait travailler plus de 8.000 personnes, dont 2.900 salariés. L'entreprise a réalisé plus de 1.000 embauches en CDI depuis 2013.

Retour au nom historique de "Chantiers de l'Atlantique"

Par ailleurs, Bruno Le Maire a confirmé que les chantiers navals STX, qui doivent être repris par le groupe italien Fincantieri, allaient retrouver leur nom historique de Chantiers de l'Atlantique. "Vous allez récupérer le nom des Chantiers de l'Atlantique, un beau nom, un nom prestigieux", s'est ainsi félicité le ministre.

La France et l'Italie ont signé en février dernier un accord définitif pour le rachat de 50% du capital de STX France par Fincantieri. L'opération attend pour l'instant l'autorisation des autorités européennes de la concurrence.

Tensions politiques franco-italiennes...

Interrogé sur les possibles répercussions des récentes tensions politiques entre Paris et Rome sur la reprise par Fincantieri, M. Le Maire s'est voulu rassurant. Il s'agit d'"un accord solide. J'aurai un entretien dès la semaine prochaine avec mon homologue italien, M. (Giovanni) Tria pour lui redire que cet accord est un accord stratégique, qui dépasse les petites irritations du moment, qui passeront", a estimé M. Le Maire.

"Il y a un accord qui (...) doit s'appliquer et nous allons avec mon homologue italien clarifier les choses. La seule incertitude, je le reconnais, c'est la position du gouvernement italien mais j'estime qu'un accord conclu par un Etat dépasse les changements politiques. Les gouvernements changent, mais les engagements des Etats demeurent. Je souhaite que cet engagement de l'Etat italien demeure", a souligné le ministre français de l'Economie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU