Un plan de lutte contre les pénuries de médicaments annoncé pour septembre

Un plan de lutte contre les pénuries de médicaments annoncé pour septembre
médicaments pilules traitement maladie

Boursier.com, publié le lundi 08 juillet 2019 à 15h02

La ministre de la Santé Agnès Buzyn estime que les Français sont "de plus en plus confrontés aux pénuries de médicaments".

Un Français sur quatre s'est déjà vu refuser la délivrance d'un traitement par manque de médicament en pharmacie, selon un sondage de l'institut BVA. Pour remédier au problème, un plan visant à améliorer l'accès aux médicaments en France sera installé en France en septembre, selon la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Un comité de pilotage sera chargé de mettre en oeuvre ce programme, qui prévoit une trentaine d'actions à mener sur quatre ans (2019-2022). Agnès Buzyn estime que les Français sont "de plus en plus confrontés aux pénuries de médicaments". Parmi les traitements les plus susceptibles d'être en rupture de stock figurent certains vaccins, des antibiotiques, les antiparkinsoniens et certains anticancéreux, selon la ministre.

Procédures d'achat

En cas de pénurie d'un médicament d'intérêt thérapeutique majeur (MITM), le pharmacien pourra le remplacer par un autre médicament, conformément à ce que prévoit la loi relative à l'organisation et à la transformation de système de santé en passe d'être adoptée par le Parlement, rappelle la ministre lundi dans un communiqué.

De même, un travail sera conduit sur les procédures d'achat de médicaments par les établissements de santé avec notamment un développement du recours aux appels d'offres avec plusieurs attributaires.

L'ANSM devra refondre son site internet

Pour mieux faire circuler l'information, la plate-forme "DP-Ruptures", développée par l'Ordre des pharmaciens pour permettre aux officines de signaler les ruptures d'approvisionnement au laboratoire exploitant concerné devra être élargie à "toute la chaîne de distribution" et notamment aux grossistes-répartiteurs et aux dépositaires, indique la ministre.

Il est aussi demandé à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) de refondre son site internet pour le rendre "plus accessible" au grand public.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.