Un revenu mensuel minimum pour les travailleurs précaires

Un revenu mensuel minimum pour les travailleurs précaires©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 26 novembre 2020 à 11h46

Annonce de la ministre du Travail Elisabeth Borne

Dans son allocution à la télévision mardi soir, Emmanuel Macron a promis une mesure pour les extras, les saisonniers, les travailleurs précaires, et tous ceux qui vivent de contrats courts, qui ont fortement chuté avec la crise.

La ministre du Travail en dit plus jeudi lors de la conférence de presse du gouvernement dédiée à la gestion de la crise. Elisabeth Borne a annoncé la mise en place d'une "aide exceptionnelle" de 900 euros par mois. Elle concernera ceux "qui ont travaillé plus de 60% du temps au cours de l'année 2019" mais qui n'ont pas pu travailler en 2020. Ce revenu minimum garanti sera alloué au 1er novembre et jusqu'en février.

Dans une interview accordée aux 'Echos', avait précédemment évoqué une "aide ciblée sur des personnes qui travaillaient significativement avant la crise". L'idée est de leur garantir un revenu de remplacement mensuel minimal, explique Elisabeth Borne.

70.000 jeunes concernés

"Environ 300.000 personnes, dont 70.000 jeunes", seraient concernés, précise la ministre. Cette aide, individualisée, sera versée par Pôle emploi. Son versement durera le temps que le marché du travail se stabilise.

Par ailleurs, le "plan jeunes" présenté en juillet "se déploie très bien", assure Elisabeth Borne. "Sur octobre, 923.000 jeunes ont été embauchés, soit le même nombre que l'année dernière. Les intentions de recours à la prime à l'embauche d'un jeune (jusqu'à 4.000 euros, NDLR) font l'objet à ce stade de 128.000 demandes : près de sept sur dix en CDI, une sur cinq en CDD de 3 à 6 mois et le reste en CDD de 6 à 12 mois", selon elle.

S'y ajoutent les 172.000 demandes de l'aide pour l'embauche d'un apprenti (jusqu'à 8.000 euros). "Malgré le second confinement , je pense que nous allons battre le record de 353.000 contrats d'apprentissage signés en 2019 dans le secteur privé", parie Elisabeth Borne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.