Une grande grève à la SNCF ? Guillaume Pépy n'y croit pas !

Une grande grève à la SNCF ? Guillaume Pépy n'y croit pas !
Gare Saint-Lazare Paris

Boursier.com, publié le mardi 20 février 2018 à 09h58

Les syndicats vont-ils réussir à mobiliser fortement contre la réforme de l'entreprise publique, au point que la France soit paralysée ? Le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, a déclaré mardi ne pas croire à un tel scénario, malgré le mécontentement des syndicats...

"Si on veut que le train marche mieux, tout le monde a intérêt à une réforme", a-t-il dit sur Franceinfo. "Les syndicats de cheminots, les cheminots ont intérêt à ce qu'il y ait un avenir pérenne pour la SNCF", a-t-il ajouté. "Je suis persuadé que l'écoute et la concertation, la négociation vont permettre d'éviter une grande grève".

Ils savent s'adapter ?

"En France, tout le monde adore se faire peur et adore dire que la France n'est pas réformable", a poursuivi Guillaume Pepy. "Je connais les cheminots, je sais qu'ils ont trois qualités : d'abord un savoir faire incomparable, ensuite ce sont des gens qui sont incroyablement engagés pour le train et la troisième chose, c'est des gens qui savent s'adapter. Regardez les évolutions que la SNCF a connues depuis dix ou quinze ans, ça montre une sacrée capacité d'adaptation !"

La CGT, syndicat majoritaire à la SNCF, a appelé vendredi les salariés de la SNCF à manifester le 22 mars contre les projets de réforme du groupe public. Interrogé sur Europe 1, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a souligné qu'il s'agissait du simple report de la journée de mobilisation annulée au dernier moment début février à cause des crues.

"C'est une grande journée de mobilisation que nous voulons élargir", a indiqué Philippe Martinez en rappelant que plusieurs syndicats de la fonction publique avaient appelé à des actions nationales contre les projets de réforme du gouvernement ce même 22 mars...

Pas de menace de la CGT

Il n'a pas non plus brandi la menace de grandes grèves... "Oui, il y aura des trains au printemps, des trains qui rouleront", a-t-il dit. Le numéro un de la CGT a demandé à être reçu par Edouard Philippe "pour que nous puissions lui exposer les propositions de la CGT pour un grand service public du ferroviaire, ce qui n'a pas été fait", les premières consultations des syndicats de la SNCF ayant été menées par la seule ministre des Transports Elisabeth Borne.

"Un service public doit être financé par l'Etat (...) si l'Etat avait joué son rôle depuis des années et des années, on n'en serait pas là", a-t-il encore dit en réclamant "un plan de financement pour moderniser le réseau ferré français.

Le rapport remis par Jean-Cyril Spinetta la semaine dernière suggère de supprimer à terme le statut de cheminot. L'ancien PDG d'Air France a fait 43 propositions pour l'avenir d'un transport ferroviaire fragilisé financièrement et qui connaît d'importants défis avant l'ouverture à la concurrence...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
40 commentaires - Une grande grève à la SNCF ? Guillaume Pépy n'y croit pas !
  • avatar
    jnvptlj -

    une reforme en commençant par les haut s niveaux les planques mais pas en tirant sur la base qui fait tourner la boite . si la situation est ce qu'elle est à ce jour cela est du e n principe au reduction des effectifs sur 50 kilometres de voie vous n'avez plus une gare de degagement en cas de problemes plus un poste de securite plus de personnel pour l'intervention rapide plus de machine de secousr si besoin enfin plus rien les intervention doivent faire appel aux personnels qui se trouvent à 50kms avec des routes q ui seront à 80 kmh les bouchons etc enfin vous allez voir la situation encore pire que maintenant mais napoleon l'a decide alors vous le subissez cette situation actuelle n'aurait pas lieu si l'entretient avait ete effectue normalement mais pour raison d'economie rien n'a ete fait alors voilà i

  • avatar
    boulou78 -

    SI LA SNCF et dans la merde de la faute a qui.si vous n'aviez pas fait du tgv partout et s'occuper des lignes existants.

  • avatar
    titi26 -

    Guillaume Pépy n'a pas totalement tort ...Et je m'explique :
    Les cheminots sont, comme les autres salariés lambda... "pendus" financièrement !
    Le coût de la vie, les crédits, sur appartement ou maison, des salaires (Hors maîtrises et cadres...) très moyens, compte tenu des horaires pratiqués (2X8 ; 3X8 notamment) tout ceci, donc, fait qu'un(e) cheminot ne peut plus, comme ce fut mon cas (Je suis retraité SNCF depuis 5 ans) et celui des mes prédécesseurs, faire des grèves durant 15 jours voire 1 mois ...
    Contrairement d'ailleurs aux "fakes news" circulant depuis des années, les jours de grève ne sont pas payés à la SNCF :
    Tout au plus, parfois, il est possible de "transformer" certains jours d'absence (Et encore 1/3 maximum des jours) pour motif de grève en congés, décomptés alors des 28 jours de congés légaux des cheminots ! Et cela est à la discrétion des dirigeants de l'entreprise et non une obligation ! La SNCF sait, quand il le faut mettre "le couteau sous la gorge" de ses salariés !
    J'ajoute qu'une grande partie des "maîtrises et cadres" de l'entreprise (Ceux-ci représentent 50 % des agents SNCF de nos jours) ne fera, très certainement, pas grève et sera donc soumise ou obligée, au titre de "la continuité de service" d'assurer le fameux "service minimum" instauré par N Sarkosy en 2007/08 !
    Enfin n'oublions pas que ce "fin de statut" qui est suggéré par le rapport Spinetta, ne s'appliquera qu'aux futurs (Et peu nombreux car la SNCF, actuellement met davantage des gens en retraite qu'elle n'en recrute...) embauchés. De ce fait, les personnels actuels ainsi que les retraités garderont, quelques années encore, leur actuel statut ! (Une fois les employés à statut devenu minoritaires, rien n'empêchera de faire basculer le système vers "le régime général" !
    Ce qui peut, à mon sens, le plus "braquer" les cheminots, y compris l'encadrement, c'est cette ouverture actée à la concurrence et le basculement, qui ira, obligatoirement, avec, de personnels SNCF vers une entité "privée" !!!
    Ex : Appel d'offre : Une région (Rhône- Alpes au hasard avec M. Wauquiez à sa tête...) décide de réorganiser le transport TER et l'alloue, via l'appel d'offre moins disante, à une boite privée ...(Véolia par exemple)
    Quelle sera l'attitude des personnels concernés, de la Région et de l'entreprise qui reprend l'organisation du transport à son compte ?
    Cela va donc créer un trouble auquel le gouvernement et la haute direction SNCF devront répondre, dès le départ et fournir des explications précises, tout en donnant des certitudes aux personnels qui seront concernés...
    Mais au final, en rassurant et en s'impliquant sur quelques points précis puis en laissant pourrir le conflit, je ne vois pas celui-ci s'éterniser !
    Je peux me planter, mais l'ancien syndicaliste que je suis "sent" assez bien ce genre de choses !
    Cependant la maxime dit : "Seules sont perdues d'avance les batailles que l'on ne livre pas..."
    A méditer ...

    avatar
    jnvptlj -

    nous pouvons dire que cela est mettre les salariers aux niveau de l'esclavage puisque les moyens financiers sont devenus la force des pouvoir pour obliger à accepter les reformes des princes mais 1789 peut ressurgir un jour

  • avatar
    Marcel42 -

    Guillaume Pépy

    salaire ??

    Résultat de recherche d'images pour "salaire guillaume pepy sncf"
    Salaire. Le salaire de Guillaume Pepy en 2015, en tant que président de la SNCF se monte à 450 000 euros par an.

    on pourrais en faire rouler des Train avec ce pognon ! $$

  • avatar
    Marcel42 -

    Guillaume Pépy

    salaire ??