Une journée de grève "historique" contre les retraites ?

Une journée de grève "historique" contre les retraites ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 05 décembre 2019 à 18h33

Les syndicats se félicitent de la mobilisation contre la réforme du gouvernement, avec quelque 250 rassemblements et défilés au programme en France.

Personnels des transports, enseignants, étudiants, policiers, avocats, personnels hospitaliers, dans les raffineries, les universités, la collecte des ordures... Comme prévu, de nombreux secteurs ont été affectés jeudi en France par la journée interprofessionnelle de grève et de manifestations contre la réforme des retraites.

Entre 1,4 et 1,5 million de personnes ont manifesté jeudi en France contre le projet gouvernemental de réforme des retraites, dont 250.000 à Paris, annonce la CGT. "Je pense que c'est plus qu'un message qui est envoyé. Il y a nécessité d'être entendu", a déclaré à Reuters Fabrice Angei, secrétaire confédéral CGT. Les autorités n'avaient pas encore communiqué de chiffre global sur la mobilisation jeudi en France.

Les perturbations ont été importantes, particulièrement dans les transports et l'Education nationale. Selon les données disponibles à la mi-journée, 10% seulement des trains circulent et la SNCF recensait 55,6% de grévistes, dont 85,7% des conducteurs et 73,3% des contrôleurs. Les agents ont voté une reconduction du mouvement pour la journée de vendredi.

A Paris, le trafic est interrompu jeudi sur une dizaine de lignes du métro, poussant les salariés à opter pour le télétravail, le covoiturage ou encore le vélo, les rollers et la trottinette.

"Plus du tiers des écoles" étaient fermées, selon le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans les écoles primaires. Le ministère de l'Education recensait à la mi-journée 51,15% d'enseignants grévistes dans le premier degré et 42,32% dans le second degré.

Premières tensions à Nantes

Quelque 250 rassemblements et défilés étaient prévus dans le pays. Des incidents se sont produits à Paris, près de la place de la République, sur le parcours de la manifestation contre le projet gouvernemental de réforme des retraites, avec notamment l'incendie d'un abri de chantier et de trottinettes électriques, ont rapporté des correspondants de Reuters sur place.

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes alors qu'un nuage épais de fumée noire s'élevait d'une rue proche de la place de la République. Les pompiers sont intervenus pour éteindre l'incendie d'une remorque-abri de chantier renversée par des manifestants.

La CFDT reste à l'écart

La CGT, FO, la FSU et Solidaires sont à l'origine de cette grève interprofessionnelle, rejoints par la CFE-CGC et la CFTC qui a laissé ses branches libres de rallier le mouvement. La CFDT, dont le soutien à la réforme gouvernementale s'érode, reste à l'écart mais sa branche Cheminots a déposé un préavis de grève.

La grève sera reconduite "si les trois points" du projet gouvernemental (régime par points, allongement de la durée de cotisation, calcul sur l'ensemble de la carrière) "ne sont pas enlevés", a prévenu le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, sur BFM TV.

Et l'exécutif ?

Le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye livrera les conclusions de ses discussions avec les partenaires sociaux "le 9 ou le 10 décembre", notamment sur le mode de transition des régimes spéciaux vers le système unique. Le Premier ministre, Edouard Philippe, doit dévoiler dans la foulée les grandes lignes du projet de loi - "vraisemblablement en milieu de semaine prochaine", dit une source à l'Elysée - pour un examen au Parlement début 2020.

Emmanuel Macron est "calme et déterminé, attentif au respect de l'ordre public", a rapporté jeudi à l'agence Reuters une source à l'Elysée alors qu'un vaste mouvement de grèves et manifestations a débuté en France dans les secteurs public et privé contre le projet de réforme des retraites.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.