Une nouvelle prime Macron pour les "bas salaires" en 2021

Une nouvelle prime Macron pour les "bas salaires" en 2021
grande distribution

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 16 mars 2021 à 09h58

Les travailleurs de la "deuxième ligne" seront prioritaires, mais tous les salariés pourront toucher ce coup de pouce.

Les travailleurs de la "deuxième ligne" seront prioritaires, mais tous les salariés pourront toucher ce coup de pouce.

Jean Castex a annoncé lundi la possibilité pour les entreprises de verser à nouveau en 2021 une prime exceptionnelle, défiscalisée et exonérée de cotisations sociales, de 1.000 euros pour tous leurs salariés.

"Si les 'travailleurs de la deuxième ligne' (sur le front de la crise sanitaire) devront bien entendu en être les bénéficiaires privilégiés, cette prime sera pour autant ouverte à tous les salariés", a précisé dans un communiqué le Premier ministre à l'issue de la troisième conférence sur le dialogue social à Matignon.

Les intéressés sont environ 4 millions en France, qu'ils soient caissiers, aides à domicile ou encore livreurs... L'exécutif avait promis qu'il ne les oublierait pas, alors qu'ils se sont retrouvés en première ligne dès le premier confinement en mars 2020, obligés de travailler sur site malgré les risques liés au coronavirus.

Jusqu'à 2.000 euros

Le montant de cette prime pourra être porté à 2.000 euros dans les entreprises et les branches professionnelles qui auront conclu un accord d'intéressement d'ici la fin de l'année ou qui auront ouvert une négociation sur la valorisation de ces métiers de la "deuxième ligne" concernés, a ajouté Jean Castex.

Le chef du gouvernement a également annoncé la prolongation jusqu'à la fin de l'année des primes exceptionnelles versées aux entreprises pour le recrutement d'apprentis.

Prime à l'embauche

La prime à l'embauche des jeunes en CDI ou CDD sera prolongée jusqu'au 31 mai et réduite à partir d'avril aux salaires inférieurs à 1,6 fois le Smic, a ajouté Jean Castex.

Cité par l'AFP, le Medef redoute une "désillusion" alors que "les entreprises ont vécu leur pire année et beaucoup auront du mal à la verser". "On se réjouit que le gouvernement ait fait le choix d'une prime universelle, et pas seulement pour les 'secondes lignes', ce qui aurait suscité des vrais tensions dans les entreprises", a ajouté l'organisation patronale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.