Une spécialiste de la Chine à la tête de la politique commerciale américaine

Chargement en cours
Katherine Tai, nommée par Joe Biden pour le poste de représentant américain au commerce (USTR)
Katherine Tai, nommée par Joe Biden pour le poste de représentant américain au commerce (USTR)
1/3
© AFP

AFP, publié le samedi 12 décembre 2020 à 11h01

Katherine Tai prendra les rênes de la politique commerciale américaine sous l'administration Biden, et sa fine connaissance de la Chine sera un atout essentiel pour tenter de désamorcer les conflits entre les deux puissances économiques.

Katherine Tai, qui remplacera Robert Lighthizer au poste influent de représentant au Commerce (USTR), connaît bien le ministère qui l'attend: elle a défendu les Etats-Unis devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour les désaccords face à la Chine pendant sept ans, sous l'administration Obama.

Diplômée des universités de Yale et Harvard, elle a aussi arpenté les couloirs de la Chambre des représentants, où elle était avocate commerciale pour la Commission des voies et moyens (Ways and means committee). Elle connaît donc bien les difficultés de l'adoption d'une loi dans un Congrès divisé, comme cela sera probablement le cas sous Biden.

Elle a d'ailleurs joué un rôle clé dans l'élaboration du nouvel accord de libre-échange nord-américain avec le Canada et le Mexique (AEUMC), ce qui lui a valu d'être recommandée à Joe Biden pour l'USTR par des élus des deux partis, impressionnés par son travail, rapportent des médias américains.

Elle aura la lourde tâche de réparer les relations commerciales avec les partenaires commerciaux des Etats-Unis, abîmées par quatre années d'une politique agressive du président Donald Trump, qui a notamment donné lieu à plus de deux années de guerre commerciale avec la Chine.

Avec le choix d'une femme d'origine taïwanaise, Joe Biden continue à placer des femmes et des personnes issues de minorités à des postes clé de son gouvernement. Katherine Tai parle le mandarin couramment, et est la première génération de sa famille à être née aux Etats-Unis. 

- Large soutien -

Cette avocate spécialisée en commerce est également une des rares personnalités nommées par Joe Biden à avoir un large éventail de soutiens.

"J'ai eu plus d'appels pour me féliciter de cette nomination que vous ne pourriez l'imaginer", a dit le président élu vendredi après-midi en présentant les derniers membres nommés de son futur cabinet.

"Tout le monde, des milieux d'affaires aux think tanks progressistes en passant par l'AFL-CIO (la plus grande fédération américaine de syndicats, NDLR) applaudit sa nomination", a déclaré Jake Colvin, vice-président du National Foreign Trade Council, qui représente les exportateurs.

Ce choix "est une victoire éclatante pour nos familles et nos communautés", a même salué Richard Trumka, chef de l'AFL-CIO.

Après cette nomination, Katherine Tai a assuré qu'elle serait "une défenseure des travailleurs américains", soulignant que le commerce n'est "pas une fin en soi, c'est un moyen de créer plus d'espoir et d'opportunités pour les gens".

"J'ai hâte d'exploiter la puissance de nos relations commerciales pour aider les communautés à se sortir de la crise actuelle", a-t-elle déclaré.

- Guerre commerciale -

Mais le soutien des démocrates progressistes à Katherine Tai pourrait bien diminuer, à mesure qu'avanceront les négociations d'accords commerciaux, prévient Bill Reinsch, du Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS).

"Personne n'obtient 100% de ce qu'il demande" dans ces discussions, avertit-il.

L'équipe de Joe Biden aura du pain sur la planche, et va notamment devoir décider du maintien ou non des droits de douane supplémentaires imposés par l'administration Trump sur les produits chinois.

La guerre commerciale sino-américaine a abouti, en janvier dernier, à la signature d'un accord commercial entre les deux pays, et la nouvelle administration va hériter de la mission de s'assurer que Pékin respecte ses engagements, a rappelé Jacob Parker, vice-président du US-China Business Council.

Pour lui, les Etats-Unis doivent "trouver un moyen de supprimer les droits de douane qui ont été si dommageables pour l'industrie" américaine, sans doute pas dans l'immédiat mais peut-être dans une deuxième phase de cet accord commercial. 

Joe Biden a de toute façon déjà prévenu que ces tarifs douaniers resteraient en vigueur au départ.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.