Vaccin : le gouvernement pré-réserve des millions de doses

Vaccin : le gouvernement pré-réserve des millions de doses©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 16 novembre 2020 à 15h55

L'exécutif a provisionné 1,5 milliard d'euros pour 2021 pour la campagne de vaccination, selon 'Les Echos'.

Après Pfizer et BioNTech la semaine dernière, c'est au tour de Moderna de faire bondir les bourses mondiales ce lundi, avec l'annonce de bon résultats pour son vaccin expérimental contre le coronavirus. Il serait efficace à 94,5%... une excellente performance, à l'heure où ce vaccin est considéré comme la condition sine qua non pour une reprise économique et un début de retour d'une vie normale.

Pendant ce temps, les gouvernements préparent leurs campagnes de vaccination, et la France a sécurisé 90 millions de doses auprès de sept fournisseurs pour le premier semestre 2021, selon les informations des 'Echos'. Une enveloppe de 1,5 milliards d'euros a été provisionnée dans le budget 2021 de la Sécurité sociale "afin d'acheter les vaccins, mais aussi d'organiser la logistique et de rémunérer ceux qui distribuent, inoculent ou tracent administrativement chaque injection", précise le journal.

45 millions de personnes en France

Les achats de vaccins sont rendus possibles grâce aux préréservations de l'Union européenne, qui négocie avec les groupes pharmaceutiques pour la France.

Les 90 millions de doses permettraient de vacciner 45 millions de personnes (à raison de deux doses par personne). "Les premières livraisons interviendraient mi-janvier, avec 4,4 millions de doses AstraZeneca et 3,5 millions de doses BioNTech Pfizer. Les vaccins des biotech américaines Moderna et Novavax suivraient dès février", détaillent 'Les Echos' - sous réserve que chacun des laboratoires réussisse à mettre au point et produire son vaccin.

Soixante à 70% de la population, soit 40 à 47 millions d'habitants, devraient être vaccinés pour une bonne protection contre le Covid-19. 'Les Echos' croient savoir que le gouvernement table sur 35 millions de vaccinations l'an prochain, avec une difficulté de taille à prendre en compte : les Français sont particulièrement méfiants à rétifs à cette idée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.