Vaccin Pfizer/BioNTech : l'UE accélère le calendrier

Vaccin Pfizer/BioNTech : l'UE accélère le calendrier©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 15 décembre 2020 à 15h10

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a choisi d'avancer au 21 décembre l'examen du dossier du candidat vaccin des deux laboratoires.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a choisi d'avancer au 21 décembre l'examen du dossier du candidat vaccin des deux laboratoires.

La campagne de vaccination contre le coronavirus dans l'Union européenne pourrait être lancée avant la fin du mois, a déclaré mardi la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen. Son annonce intervient alors que l'Agence européenne des médicaments (EMA) a choisi d'avancer au 21 décembre l'examen du dossier du candidat vaccin de Pfizer et BioNTech.

L'EMA n'a pas exclu de donner son feu vert à l'administration du vaccin dès le 21 décembre mais elle maintient la réunion initialement prévue le 29, expliquant simplement que son Comité des médicaments à usage humain (CHMP) se prononcera "le plus tôt possible".

Avant la fin 2020 ?

"Il est probable que les premiers Européens soient vaccinés avant la fin 2020", a déclaré Ursula von der Leyen sur Twitter.

En cas de feu vert de l'EMA, la Commission devrait formellement approuver le vaccin dans un délai de trois jours, après des consultations avec les gouvernements des 27 Etats membres de l'Union, selon le calendrier prévisionnel.

Simple formalité ?

L'exécutif communautaire se conforme généralement aux avis de l'EMA. L'accord de la Commission est donc considéré comme une simple formalité si l'EMA rend une recommandation favorable.

Le Royaume-Uni a été le premier pays mardi dernier à lancer une campagne de vaccination massive à l'aide du vaccin de Pfizer-BioNTech, suivi lundi par les Etats-Unis et le Canada.

Berlin s'impatiente

Le ministre allemand de la Santé a souhaité mardi qu'un vaccin contre le COVID-19 soit homologué avant Noël au niveau européen et que les premières vaccinations aient lieu avant la fin de l'année.

"Nous voulons une approbation régulière, pas une approbation d'urgence", a ajouté Jens Spahn, lors d'une conférence de presse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.