Valérie Pécresse, grande gagnante des déboires de Laurent Wauquiez ?

Valérie Pécresse, grande gagnante des déboires de Laurent Wauquiez ?
Valérie Pécresse

Boursier.com, publié le vendredi 02 mars 2018 à 09h19

L'intervention enregistrée à l'insu de Laurent Wauquiez dans une école de commerce de Lyon le mois dernier et dont les morceaux choisis ont été diffusés dans l'émission "Quotidien" ont laissé des traces dans l'opinion...

Sa cote de popularité s'est ainsi effondrée auprès des sympathisants de son camp, alors que celle de l'ex-ministre Valérie Pécresse qui fait partie des personnalités visées par ces déclarations, enregistre un mouvement inverse, selon deux sondages successifs. Le leader de droite abandonne pas moins de 16 points, à 32% de bonnes opinions chez les sympathisants LR interrogés dans un sondage Kantar Sofres-Onepoint pour le Figaro Magazine.

Dans l'Observatoire politique mensuel Elabe pour Les Echos et Radio Classique, la chute est de 13 points (36%) chez les sympathisants de droite et de 20 points chez les seuls sympathisants LR (35%).

Pécresse en forme

Dans les deux enquêtes, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes est donc désormais devancé par la présidente LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui a pris ses distances avec Laurent Wauquiez sans quitter le parti...

Kantar Sofres-One point a mesuré une "cote d'avenir" de l'ancienne ministre de 38% chez les sympathisants LR. Dans le baromètre Elabe, son niveau de popularité atteint 48% (+6) chez les sympathisants de droite et 54% chez les LR, avec un bond de 14 points en un mois.

Les "conneries" de Valérie

Dans ce cadre de ces désormais fameux enregistrements, Laurent Wauquiez s'était interrogé tout haut à propos de l'admission d'une étudiante littéraire en école de commerce : "C'est Valérie qui avait mis ça en place ? Ah le nombre de conneries qu'elle peut faire !" en référence à l'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse...

Rappelons que Valérie Pécresse s'était posée fin janvier en première opposante de Laurent Wauquiez au sein du parti Les Républicains en défendant l'existence de deux droites selon elle "réconciliables". La présidente de la région Ile-de-France avait été huée à son arrivée au premier conseil national du parti de l'ère Wauquiez, qui a malgré tout fait accepter par un vote à mains levées le mouvement qu'elle a créée, "Libres", comme "mouvement associé" de LR.

"Je suis venue vous dire que je suis là et que je suis prête à prendre toute ma place dans la reconstruction de notre famille", avait déclaré Valérie Pécresse alors que plusieurs ténors du parti l'ont quittée ou ont pris leurs distances comme Alain Juppé.

"Dérive"

Démissionnaire, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a quant à lui condamné haut et fort "la dérive vers l'extrême-droite" qu'incarne selon lui Laurent Wauquiez... "Ça pourrait être un des membres de la famille Le Pen... C'est la même tonalité, c'est la même violence", avait estimé sur BFM TV l'ancien membre du parti 'Les Républicains' en commentant les déclarations fracassantes de Laurent Wauquiez.

"C'est symptomatique d'une dérive qui est voulue", estimait encore Xavier Bertrand, qui souligne que cette dérive a motivé son départ des Républicains le 11 décembre dernier, au lendemain de l'élection de Laurent Wauquiez.

Suites judiciaires

Laurent Wauquiez depuis la révélation de cet enregistrement "s'est excusé" auprès de Nicolas Sarkozy et a annoncé vouloir porter plainte en dénonçant des propos "enregistrés de façon illégale, avec des méthodes peu déontologiques qui ouvrent la voie à des suites judiciaires", plaidant pour sa part l'humour et le "off"...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU