Vélib : Paris hausse le ton contre Smovengo

Vélib : Paris hausse le ton contre Smovengo©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 01 mars 2018 à 16h53

La mairie de Paris commence à perdre patience, dans l'épineux dossier des vélos en libre service. Elle annonce ce jeudi qu'elle va "reprendre les choses en main" pour rattraper le retard accumulé par Smovengo, le nouveau concessionnaire des Vélib'.

Préféré à l'ancien prestataire JC Decaux lors d'un appel d'offre public pour renouveler le parc de vélos en libre service de Paris, Smovengo promettait de déployer la totalité des 1.400 nouvelles stations (soit 20.000 Vélib' dont 30% de véhicules électriques) entre le 1er janvier et le 31 mars. Selon des données du site Vélib' Métropole traitées par le journal 'Le Parisien', 323 stations étaient opérationnelles au 1er mars sur les 1.400 promises pour la fin du mois.

"Smovengo n'y arrive pas"

"Il est clair que le compte n'y est pas. Nous l'avons d'ailleurs dit au prestataire, avec lequel nous avons un rapport franc et direct. Il est urgent de redresser la barre", déclare Christophe Najdovski, adjoint au maire de Paris chargé des transports et de l'espace public dans une interview publiée jeudi par 'L'Opinion'.

"Smovengo n'y arrive pas. La mairie de Paris a décidé de reprendre les choses en main pour rattraper le retard", dit Christophe Najdovski, après avoir reçu le prestataire à la mairie de Paris, il y a une dizaine de jours.

Des personnels municipaux (services techniques, experts, ingénieurs) sont dépêchés depuis cette semaine aux côtés de Smovengo, du gestionnaire du réseau électrique Enedis et des entreprises de travaux publics pour "encadrer le déploiement et faire le travail nécessaire", précise-t-il.

Pas de négligence

Christophe Najdovski dément toute négligence dans le processus de sélection du prestataire, tout en reconnaissant que l'argument économique a été déterminant. La start-up a d'ores et déjà écopé de deux millions d'euros de pénalités (un million par mois de service inférieur aux attentes) tandis que du côté des abonnés, l'adjoint au maire assure que "les usagers seront indemnisés pour janvier, février et mars s'il le faut".

Quant au calendrier final, "il y a intérêt que ce soit avant l'été et que le système fonctionne dans de bonnes conditions", dit-il. "Si les problèmes demeurent, nous en tirerons les conséquences".

Les temps sont décidément durs pour les cyclistes à Paris... Les vélos en libre-service de Gobee.bike, reconnaissables à leur couleur verte, ont quitté Paris ces derniers jours, alors que la start-up hongkongaise avait été pionnière dans la capitale. L'entreprise avait débarqué en octobre à Paris, avec une flotte de plusieurs centaines de bicyclettes sans borne. Gobee.bike, dont les vélos sont massivement vandalisés, s'était déjà retiré de Bruxelles, Lille et Reims au mois de janvier.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
118 commentaires - Vélib : Paris hausse le ton contre Smovengo
  • avatar
    damienp -

    appel d'offre a prix cassé voila pourquoi il y arrive pas

  • avatar
    jn81 -

    Il s'agit que les retraités ne paient pas les pots cassés pour des négligences de la mairie de PARIS.

  • avatar
    zigotto -

    si j'ai bien compris les agents municipaux vont faire le travail du prestataire , donc les parisiens vont payer 2 fois ...

  • avatar
    Danielus -

    Quand on va trop au moins cher, voilà le résultat!!!!!!!

  • avatar
    GLANDAUSAURE -

    Le problème c'est quand vous vous retrouvez en Selles , tout de suite vous etes dans la m....!!!!