Vélib : Smovengo présente son plan de sortie de crise

Vélib : Smovengo présente son plan de sortie de crise©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 03 mai 2018 à 18h45

Smovengo avait 48 heures pour présenter un plan de sortie de crise, alors que les élus et les utilisateurs s'agacent du gros retard pris dans l'installation des stations de Vélib'. Le consortium chargé de renouveler les vélos en libre-service à Paris a présenté jeudi soir ses propositions, alors que la moitié seulement des nouvelles stations a été installée, et que pour ne rien arranger, les salariés sont en grève depuis le 17 avril, ce qui conduit au blocage de locaux techniques et à l'interruption de la maintenance des nombreuses stations.

La promesse de Smovengo était d'installer 1.400 stations (soit 20.000 Vélib') d'ici au 31 mars. Environ 670 stations sont aujourd'hui en service, dont 300 stations raccordées au réseau, les autres fonctionnant sur des batteries précaires. Ce système sur batteries "génère des dysfonctionnements en chaîne qui provoquent une embolie du système technique et d'exploitation", reconnaît le groupe.

800 stations à fin juin

Trop c'est trop pour les élus, qui avaient donc demandé des comptes à Smovengo d'ici la fin de la semaine. Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Patrick Ollier, le président de la Métropole du Grand Paris avaient convoqué mercredi les dirigeants de la société pour leur demander de s'expliquer et d'avancer des solutions pour débloquer la situation.

L'opérateur propose donc un plan en trois axes, qui projette notamment d'atteindre d'ici à fin juin au plus tard un périmètre de 800 stations à 80% électrifiées. Smovengo prévoit le remplacement de 3.000 vélos bloqués, de 400 stations sous batterie, l'arrêt des ouvertures sur batteries et l'accélération de l'électrification des stations déjà ouvertes, ainsi que la poursuite des travaux de génie civil.

Les vélos à assistance électrique seront pour leur part retirés en attendant l'électrification complète des stations, tandis que les effectifs du centre d'appel seront doublés (160 personnes) et les comptes des abonnés bloqués à tort, débloqués.

La conclusion du projet avec "1.400 stations et toutes les fonctionnalités prévues" est repoussée à une date ultérieure, par le biais d'"un plan de redéploiement à moyen terme", "une fois le fonctionnement du service stabilisé".

Le temps presse

Le retard pris par le consortium Smovengo, choisi au printemps dernier par le syndicat Autolib' Vélib' Métropole aux dépens de JCDecaux, a mené à la résiliation d'un tiers des 300.000 abonnements du côté des utilisateurs. La société a décroché un contrat sur 15 ans pour 600 millions d'euros.

"Ne nions pas la réalité : la transition vers le nouveau Vélib' se passe mal. Nous sommes confrontés depuis le début de l'année à une série de déconvenues inacceptables. Les Parisiens, très attachés à ces vélos en libre-service considèrent que le système qu'ils aimaient a été abimé. Nous devons avoir un service qui fonctionne au plus vite, afin de retrouver la confiance des usagers", a souligné Anne Hidalgo, la maire de Paris, lors de la réunion avec Smovengo mercredi.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU