Vendée: réunions d'information à Michelin après l'annonce de la fermeture

Chargement en cours
Pneus en flamme à  l'usine Michelin de La Roche sur Yon, en Vendée après l'annonce de la fermeture du site qui emploie plus de 600 salariés, le 10/10/2019
Pneus en flamme à l'usine Michelin de La Roche sur Yon, en Vendée après l'annonce de la fermeture du site qui emploie plus de 600 salariés, le 10/10/2019
1/2
© AFP, LOIC VENANCE

AFP, publié le vendredi 11 octobre 2019 à 18h09

Des réunions ont eu lieu vendredi entre salariés de l'usine Michelin à La Roche-sur-Yon (Vendée) et managers tandis que leurs représentants se réunissaient en intersyndicale pour décider de la marche à suivre après l'annonce jeudi de la fermeture du site qui emploie 619 personnes.

Les salariés ont été conviés à ces réunions, d'une durée de deux heures, afin de "revenir sur la présentation des mesures d'accompagnement sociale" concernant cette fermeture qui sera effective d'ici fin 2020, a expliqué à l'AFP la direction de l'usine.

Projets professionnels, organisation des négociations, accompagnement à la recherche d'emploi figurent parmi les sujets évoqués dans un climat "serein, apaisé et constructif" pendant ces réunions auxquelles la "quasi-totalité du personnel invité" dans la matinée s'est présentée, indique la même source.

Une réunion intersyndicale a par ailleurs eu lieu dans la matinée mais n'a pas permis de dégager une position commune.

"La CGT veut aller vers l'option judiciaire par le biais de leur avocat. Nous, les quatre autres organisations, on propose de demander leur avis à l'ensemble des salariés", a expliqué Nicolas Biron, représentant syndical chez Sud, espérant qu'une assemblée générale puisse être organisée "la semaine prochaine" pour recueillir ces avis. 

Les salariés n'ont "pas vraiment les moyens financiers de faire grève dans la durée", a par ailleurs estimé un responsable syndical de Sud interrogé sur l'appel à la grève illimitée annoncé jeudi par son syndicat.

"C'est pas parce que Michelin a dit que l'usine fermait qu'on va baisser les bras. On va se battre jusqu'au bout, on n'est pas défaitistes. On va se battre pour sauver nos emplois", a de son côté promis Anthony Guilloteau, responsable CGT, qui est le deuxième syndicat après Sud sur le site de la Roche-sur-Yon.

La production a été arrêtée en raison de l'annonce de la fermeture du site et doit reprendre à 05H00 lundi, a annoncé la direction.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.