Vers un malus automobile pour les véhicules de plus de 1,8 tonne

Vers un malus automobile pour les véhicules de plus de 1,8 tonne©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 15 octobre 2020 à 13h13

Un amendement gouvernemental devrait être déposé dans les prochains jours au projet de loi de finances pour 2021, selon 'Les Echos'...

L'Etat change son fusil d'épaule... Après une lettre des 150 citoyens de la Convention climat pour rappeler au président de la République ses engagements et un rapport de l'ONG WWF France, le gouvernement a finalement tranché en faveur d'un malus automobile en fonction du poids des voitures, selon une information des 'Echos'.

Toutes les recommandations de la Convention, qui évoquait initialement la création d'une taxe au poids à 10 euros par kilo au-delà de 1.400 kg, n'ont toutefois pas été suivies à la lettre. Le gouvernement a en effet décidé d'élever le seuil, pour que ne soient concernés que les véhicules de plus 1.800 kg.

Bercy a précisé que cette taxe ne concerne pas les véhicules "électriques et hybrides", ni les voitures familiales. Par ailleurs, sont également prévues des exonérations pour les véhicules électriques et hydrogène et des ajustements pour les hybrides et les familles nombreuses. Toujours selon le quotidien, un amendement gouvernemental devrait être déposé dans les prochains jours au projet de loi de finances pour 2021.

Bruno Le Maire s'était dit opposé

Fin septembre, le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire s'était pourtant montré ferme concernant le débat autour d'un nouveau malus calculé sur le poids des véhicules, estimant qu'une telle taxe pénaliserait lourdement l'industrie automobile française en pleine crise liée au Covid-19. "Dans le contexte économique actuel, je ne veux aucune augmentation d'impôt et je veux protéger les emplois industriels, les usines et le pouvoir d'achat des Français", avait-il alors assuré.

Cette proposition avait pour rappel déjà fait son apparition en 2019. Elle avait été alors portée par quelques députés LaREM, dont l'actuel ministre de la Transition écologique, mais n'avait finalement pas abouti face à la colère des industriels...

"Un signal fort" selon Barbara Pompili

Pour Barbara Pompili, il s'agit d'un arbitrage gagné. "L'alourdissement du parc automobile, c'est plus de matériaux et d'énergie consommés, plus de pollution, moins d'espace public disponible. Le malus au poids que nous instaurons est un signal fort et nécessaire pour mieux prendre en compte l'empreinte écologique des véhicules les plus lourds", a-t-elle écrit ce jeudi sur son compte Twitter.

WWF France avait également appelé le gouvernement à "faire rentrer la question du poids dans le bonus-malus" lors de l'achat d'un véhicule, alors que les ventes des SUV représentent désormais 38% des ventes en France. Or, ces véhicules, plus grands et plus lourds, sont aussi plus polluants, émettant 20% de CO2 en plus que les véhicules classiques, selon une étude de l'ONG. "On se déplace dans une voiture qui fait 200 kilos de plus et qui dégage 20% de plus de gaz à effet de serre", avait ainsi déploré sur 'franceinfo' la présidente du WWF France Isabelle Autissier...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.