Vers une nouvelle année sans "coup de pouce" pour le Smic ?

Vers une nouvelle année sans "coup de pouce" pour le Smic ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 05 décembre 2017 à 19h42

Un rapport d'experts sur le Smic a fait couler de l'encre mardi, faisant réagir le ministère du Travail, qui a assuré qu'il était attaché au principe d'une revalorisation automatique du salaire minimum chaque année.

Le ministère a précisé que le niveau de la revalorisation du Smic pour 2018 sera annoncé d'ici au 20 décembre.

Les experts remettent en cause la hausse automatique du Smic

Dans son rapport annuel dévoilé mardi par plusieurs journaux, le groupe d'experts sur le Smic a conseillé de ne pas donner de "coup de pouce" au Smic en 2018, et va plus loin en jugeant "nécessaire" de "réformer" la formule de calcul de la revalorisation du salaire minimum. Les économistes préconisent deux options: soit indexer le Smic sur la seule inflation, soit purement et simplement "supprimer toute règle d'indexation obligatoire", ce qui ouvrirait la voie à son possible gel.

Le mécanisme de revalorisation automatique actuellement en vigueur est basé sur deux critères : l'inflation constatée pour les 20% de ménages aux plus faibles revenus, et la moitié du gain de pouvoir d'achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE).

Depuis 2012, au lendemain de l'élection de François Hollande, l'Etat n'a plus accordé de coup de pouce au Smic, au-delà de la hausse automatique. Lors de la dernière revalorisation, début 2017, le salaire minimum a augmenté de 0,93%, ce qui l'a porté à 1.480,27 euros brut par mois (9,76 euros de l'heure) et à 1.151,50 euros net. En 2018, il pourrait progresser d'un peu plus de 1%, selon nos estimations.

Le gouvernement "attaché au principe d'une progression automatique"

Le ministère du Travail a donc réaffirmé mardi son attachement à une progression automatique du Smic, et a souligné que tout travail doit être rémunéré par un salaire "juste et décent". Les règles actuelles "visent légitimement à préserver le pouvoir d'achat des travailleurs au Smic. Le gouvernement est attaché au principe d'une progression automatique", a ajouté le ministère du Travail.

Le ministère a souligné que le groupe d'experts sur le Smic avait rendu un "rapport d'experts indépendants". Il a toutefois précisé que ces propositions "s'intégreront" dans les réflexions en cours, notamment sur "le développement de l'intéressement - participation".

Le Smic jugé "peu efficace" pour lutter contre la pauvreté

Selon le groupe d'experts, la formule actuelle a mené en France à un Smic "élevé comparé à ses homologues étrangers" mais "peu efficace pour lutter contre la pauvreté".

Les économistes préconisent que "la rapidité de la croissance du Smic" est "coûteuse pour les finances publiques", du fait des exonérations de cotisations sociales consenties depuis les années 1990 pour "réduire les effets préjudiciables d'un Smic élevé sur (...) l'emploi des personnes les moins qualifiées".

Cet argent serait plus efficacement dépensé pour "des mécanismes ciblés de lutte contre la pauvreté, comme la prime d'activité", poursuit le rapport.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.