Vers une surveillance accrue des chômeurs ?

Vers une surveillance accrue des chômeurs ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 07h59

Les chômeurs devraient bientôt se trouver face à une surveillance accrue de la part de Pôle Emploi... Le gouvernement étudie un alourdissement des sanctions pour ceux qui manqueraient à leurs obligations, écrit le 'Canard Enchaîné' dans son édition datée de mercredi.

L'hebdomadaire satirique s'est procuré une note confidentielle sur laquelle travaille Antoine Foucher, le directeur de cabinet de la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

Risque de réduction de moitié des allocations pendant deux mois

Cette note prévoit une palette de sanctions allant jusqu'à une suppression temporaire des allocations chômage... Elle envisage aussi de faire remplir aux chômeurs des rapports d'activité mensuels détaillant les démarches qu'ils ont entreprises en vue de retrouver un emploi.

Ainsi, selon cette note, si Pôle Emploi estime que le chômeur ne recherche pas assez activement du travail, s'il refuse une formation ou encore décline deux offres d'emploi jugées raisonnables, ses allocations seraient directement réduites de moitié pour une durée de deux mois. S'il récidive, elles pourraient être supprimées pour la même durée.

Le gouvernement mène la réforme de l'assurance chômage en parallèle de celle de la formation professionnelle et de l'apprentissage. Il avait prévenu en décembre les partenaires sociaux qu'il proposerait une modification du "barème et des modalités de sanctions dans les semaines qui viennent".

Des effectifs multipliés par 5 pour procéder aux contrôles

A noter que des sanctions de ce type existent déjà, mais elles sont actuellement plus légères. Ainsi, Pôle emploi peut réduire de 20% les allocations des chômeurs qui ne recherchent pas suffisamment un emploi ou qui refusent une formation ou une aide pour trouver un travail. Cette sanction peut s'appliquer sur une durée de deux à six mois. En cas de récidive, la réduction passe à 50% pour la même durée.

Pour mener à bien sa réforme, le gouvernement compte augmenter nettement le nombre d'agents de Pôle emploi chargés du contrôle des chômeurs. Les effectifs affectés à cette tâche devraient ainsi être multipliés par cinq en cinq ans, selon le 'Canard Enchaîné'...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU