Victime du Covid et d'internet, le Printemps va fermer 7 points de vente

Victime du Covid et d'internet, le Printemps va fermer 7 points de vente©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 10 novembre 2020 à 20h25

Le groupe Printemps a annoncé mardi la fermeture de 7 magasins, dont le Printemps de la Place d'Italie à Paris et le Citadium des Champs Elysées. Plus de 450 postes sont menacés, même si le groupe promet des reclassements et cherche des repreneurs.

La crise du coronavirus et l'essor des ventes en ligne sont durement vécus par le secteur du commerce, où les annonces de fermetures et de plans sociaux se multiplient. Les grands magasins du Printemps ne font pas exception, eux aussi touchés de plein fouet par la chute de la fréquentation liée aux mesures restrictives prises pour freiner le Covid-19.

Ainsi, en plein 2e confinement sanitaire, le groupe Printemps a annoncé mardi un plan de relance de 40 millions d'euros, qui implique la fermeture de sept de ses adresses, dont quatre grands magasins Printemps (Paris Place d'Italie, Le Havre, Strasbourg et Metz), ainsi que trois magasins Citadium (Paris Champs Elysées, Paris Nation situé dans le Printemps Nation et Toulon).

"Après avoir étudié l'ensemble des alternatives envisageables, le groupe Printemps est aujourd'hui dans l'obligation de transformer son modèle pour arrêter les pertes, s'adapter aux exigences de marché et assurer sa pérennité sur le long terme", explique le groupe dans un communiqué.

La crise sanitaire mondiale a asséché le vivier de clients des grands magasins, qui accueillent en temps normal un grand nombre de touristes, notamment en provenance de Chine. Le secteur du commerce de centre-ville avait déjà été affecté en 2018-2019 par le mouvement des Gilets jaunes, sur fond de succès grandissant du commerce en ligne ces dernières années.

Plus de 450 postes menacés

Plus de 450 postes sont concernés par ces annonces, selon les représentants du personnel informés mardi par la direction, lors d'un comité social et économique (CSE) extraordinaire. L'adaptation et la mutualisation de certaines fonctions support est également prévue, ce qui va occasionner des suppressions de postes supplémentaires, a indiqué le groupe, qui est dirigé depuis le 1er octobre par Jean-Marc Bellaiche, qui a remplacé Paolo de Cesare.

Fondé en 1865, le groupe Printemps emploie actuellement quelque 3.000 collaborateurs et exploite 19 grands magasins Printemps et 8 magasins Citadium. Sur internet, il est présent avec les sites des deux enseignes, ainsi que les plateformes "Place des Tendances" et "Made In Design".

"Faire du digital et de l'omnicanalité, un levier important de croissance"

Le groupe a précisé qu'il favorisera le reclassement interne et externe des salariés concernés, en mettant notamment en place "des congés de reclassement ainsi que des aides à la formation, à la mobilité géographique, à la création et à la reprise d'entreprise". Le Printemps a en outre engagé une recherche de repreneurs pour les magasins concernés.

Le groupe entend investir 40 millions d'euros sur 2 à 3 ans afin de s'adapter aux nouveaux modes de consommation, qui devraient durer au-delà de la crise du coronavirus. Le Printemps annonce ainsi son projet de "faire du digital et de l'omnicanalité, un levier important de croissance, de réinventer l'expérience 'retail' et renforcer la différenciation de son offre, et de redévelopper le socle de clientèle".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.