Visite d'Emmanuel Macron aux Etats-Unis : entre enjeux stratégiques et retour d'ascenseur...

Visite d'Emmanuel Macron aux Etats-Unis : entre enjeux stratégiques et retour d'ascenseur...©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 23 avril 2018 à 12h28

Emmanuel Macron entame ce lundi une visite d'Etat de trois jours aux Etats-Unis... Un an après leur première poignée de main très médiatisée en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles, Donald Trump va dérouler le tapis rouge à son homologue français, premier dirigeant étranger à être reçu en visite d'Etat à la Maison blanche sous sa présidence...

Le programme est chargé avec dès ce soir un dîner à Mount Vernon, la demeure historique de George Washington. Au menu de mardi, un entretien à la Maison blanche, un déjeuner au département d'Etat, une cérémonie au cimetière d'Arlington, puis un discours au Congrès mercredi, avant un échange très attendu avec des étudiants qui demandent une restriction de l'utilisation des armes à feu aux Etats-Unis.

Au sein de la délégation française, pas moins de quatre ministres seront présents : la garde des Sceaux Nicole Belloubet, la ministre des Armée Florence Parly, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et Bruno Le Maire, ministre de l'économie. Parmi les autres personnalités, au nombre d'une cinquantaine, notons la présidente du FMI Christine Lagarde, le patron du groupe LVMH, Bernard Arnault, sans oublier l'écrivain Philippe Besson, ou encore le chef cuisinier Guy Savoy et Thomas Pesquet...

Programme chargé

L'allocution au Capitole mercredi devrait quant à elle durer une trentaine de minutes... Tradition pour les présidents français de la Ve République, à l'exception de François Hollande, l'exercice en anglais d'Emmanuel Macron sera particulièrement suivi dans un climat de tensions commerciales avec la Chine et de bras de fer géopolitique avec la Russie et l'Iran, alors que les relations avec la Corée du Nord connaissent à l'inverse une détente spectaculaire...

Ces sujets brûlants, sans oublier le climat, seront aussi abordés, notamment lors de l'entretien prévu à la Maison blanche mardi...

Tests à suivre

Les deux échéances sur l'accord sur le programme nucléaire iranien et l'acier devraient constituer autant de tests, alors que Donald Trump a donné aux signataires européens jusqu'au 12 mai pour "réparer les affreuses erreurs" de l'accord, faute de quoi il refusera de prolonger l'assouplissement des sanctions américaines contre la république islamique.

Parallèlement, l'Union européenne a jusqu'au 1er mai pour négocier des exemptions permanentes aux tarifs de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium que Donald Trump a décidé d'instaurer en mars dernier...

Des relations saines et directes

Depuis la visite historique de Donald Trump en tant qu'invité d'honneur le 14 juillet dernier à Paris, les relations franco-américaines sont jugées particulièrement saines et "directes" par Washington qui apprécie le pragmatisme du nouveau président français, même si ce dernier n'hésite pas à marquer ses différences, comme sur le dossier du réchauffement climatique.

Concernant la politique extérieure, alliés dans la lutte contre l'Etat islamique et contre les groupes djihadistes dans le Sahel, la France et les Etats-Unis ont pu démontrer dernièrement la solidité de leurs relations avec les frappes menées en Syrie contre l'arsenal chimique du régime de Bachar al Assad...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.