Vitesse et téléphone portable au volant dans la ligne de mire du gouvernement

Vitesse et téléphone portable au volant dans la ligne de mire du gouvernement
radars-supplémentaires-1.000-hortefeux-insécurité-routière

Boursier.com, publié le mercredi 10 janvier 2018 à 13h44

Très attendu sur le sujet depuis plusieurs jours, Edouard Philippe a détaillé le projet de limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, contre 90 km/h actuellement... Cette limitation entrera en vigueur à partir du 1er juillet prochain, et "pourrait sauver de l'ordre d'une vie par jour", soit entre 350 et 400 vies chaque année, a indiqué le Premier ministre à l'issue d'un Conseil interministériel de sécurité routière.

La nouvelle limitation concernera les routes secondaires à double sens sans séparateur central (terre-plein, barrière), mais elle ne concernera pas les portions de routes de deux fois deux voies sans séparateur central, qui resteront limitées à 90 km/h, a précisé Edouard Philippe.

Les téléphones portables dans le collimateur

Par ailleurs, les sanctions seront alourdies pour les automobilistes utilisant leur téléphone portable au volant... L'usage du portable, qui réduit la concentration et accroît ainsi le risque d'accident, est actuellement passible d'une amende de 135 euros et d'un retrait de trois points, que l'appareil soit tenu en main ou utilisé avec un kit mains libres.

Désormais, les policiers pourront aller jusqu'à "retenir" le permis de conduire d'un automobiliste pris le téléphone en main et qui "a commis en même temps une infraction susceptible de porter atteinte à sa propre sécurité ou à celle des tiers", a annoncé Edouard Philippe.

Portable au volant : un conducteur sanctionné pour avoir commis une infraction pouvant mettre en danger quelqu'un alors qu'il utilisait son téléphone pourra désormais voir son permis retenu.#SauvonsPlusDeVies pic.twitter.com/xVmJTZ3pMV - Edouard Philippe (@EPhilippePM)
Le surplus de PV financera les soins aux accidentés de la route

Enfin, le chef du gouvernement a annoncé la mise en place de la vidéo-verbalisation pour les voitures qui commettent des infractions liées aux piétons.

Le Premier ministre a précisé qu'une "clause de rendez-vous au 1er juillet 2020" permettrait d'évaluer les effets des mesures annoncées sur la sécurité routière. Il a aussi réfuté les critiques des associations d'automobilistes qui accusent le gouvernement d'être motivé par la perspective d'encaisser des contraventions supplémentaires.

Pas de motivation financière cachée

"Il n'y a aucune "motivation financière" cachée, a-t-il assuré, précisant que le probable surplus de recettes de PV ira "intégralement" aux soins des accidentés de la route...

"Dans le cadre des textes budgétaires pour 2019, le gouvernement créera un fonds d'investissement pour la modernisation des structures sanitaires et médico-sociales destinées à la prise en charge des accidentés de la route. Ce fonds sera doté de l'intégralité du surplus des recettes perçues par l'Etat lié à l'abaissement des vitesses maximales", a déclaré le Premier ministre.

59% des Français se disent opposés aux 80 km/h

Il reste que pour l'instant, les Français sont majoritairement défavorables au passage à 80 km/h, d'après une enquête d'opinion réalisée pour le site Atlantico et RMC par Harris Interactive : 59% s'y disent opposés et 41% seulement y sont favorables.

Sans surprise, les automobilistes sont beaucoup plus remontés contre cette idée, (63%) alors que les Français ne possédant pas de véhicule s'y montrent favorables (67%).

Chiffres en hausse

Le nombre de tués sur les routes a augmenté en 2017 pour la 4ème année d'affilée... Selon les chiffres officiels, 3.500 personnes sont mortes dans des accidents routiers entre décembre 2016 et novembre 2017, soit 59 de plus qu'entre décembre 2015 et novembre 2016, représentant une hausse de 1,7% selon un bilan provisoire.

Or, 63% des accidents mortels se produisent sur les routes à double sens, sans séparateur physique, où la vitesse est actuellement limitée à 90 km/h...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.