Vol historique direct entre Israël et les Emirats

Chargement en cours
Le Boeing 737 de la compagnie aérienne israélienne El Al, qui effectue le 31 août 2020 la première liaison commerciale directe entre Israël et les Emirats
Le Boeing 737 de la compagnie aérienne israélienne El Al, qui effectue le 31 août 2020 la première liaison commerciale directe entre Israël et les Emirats
1/3
© AFP, menahem kahana

AFP, publié le lundi 31 août 2020 à 23h02

Le "premier vol commercial" direct entre les Emirats arabes unis et Israël s'est posé lundi à Abou Dhabi en provenance de l'aéroport international David Ben Gourion de Tel-Aviv, quelques semaines après l'annonce de la normalisation des relations entre les deux pays.

Ce vol a donné lieu à une autre première: l'Arabie saoudite a autorisé l'avion à survoler son territoire, bien que Ryad n'ait pas de relations avec l'Etat hébreu. 

"C'est un jour historique (...) Nous en avons rêvé et avons travaillé pour le réaliser, et le voilà devant nos yeux", a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

L'accord entre Israël et les Emirats est "un pas courageux vers un Moyen-Orient plus stable, plus intégré et prospère", après une décennie marquée par l'escalade de "la guerre, la destruction et la division", ont estimé les deux pays et les Etats-Unis dans un communiqué commun publié lundi.

Les partenaires ont précisé que dès mardi, ils commenceraient à discuter de coopération dans sept domaines: l'investissement, la finance, la santé, l'exploration spatiale, l'aviation civile, les Affaires étrangères, ainsi que le tourisme et la culture.

L'avion de la compagnie israélienne El AL, transportant une délégation américano-israélienne, a atterri à Abou Dhabi à 15H39 locales (11H39 GMT).

La délégation est emmenée par Jared Kushner, conseiller à la Maison Blanche et gendre du président américain Donald Trump.

A l'arrivée à Abou Dhabi, il a remercié "le royaume d'Arabie saoudite d'avoir rendu possible" ce vol.  

Un tapis rouge a été déroulé au bas de la passerelle du Boeing 737 frappé de l'étoile de David et dont le cockpit a été décoré des drapeaux israélien, émirati et américain et assurant le vol LY971.

"Peace, Salam, Shalom" (paix) pouvait-on lire en anglais, en arabe et en hébreu sur l'avion.

"Nous sommes ici pour transformer une vision en réalité", a déclaré pour sa part Meir Ben-Shabbat, le conseiller israélien à la sécurité nationale, en commençant son adresse en arabe par la formule consacrée "Salamo alaykoum" (Que la paix soit avec vous).

Le conseiller a invité la délégation émiratie à visiter Israël, selon M. Netanyahu.

"Nous les accueillerons avec le même tapis rouge qu'ils ont déroulé pour nous", a promis le Premier ministre israélien.

Les Emirats arabes unis et Israël ont annoncé le 13 août un accord pour normaliser leurs relations --officieuses depuis des années--, les Emirats devenant ainsi le premier pays du Golfe à établir des relations avec l'Etat hébreu, et le troisième du monde arabe, après l'Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994. 


Depuis l'annonce de l'accord, parrainé par les Etats-Unis, Israël et les Emirats ont multiplié les échanges téléphoniques entre ministres et Abou Dhabi a abrogé ce week-end une loi vieille de 48 ans sur le boycott d'Israël.

Les Palestiniens hostiles à l'entente entre Israël et les Emirats ont critiqué lundi le vol commercial entre les deux pays.

"Il nous est pénible aujourd'hui de voir atterrir un avion israélien aux Emirats (...) dans une violation flagrante de la position arabe sur le conflit israélo-arabe", a souligné le chef du gouvernement palestinien, Mohammed Shtayyeh.

"La paix ne peut pas se faire par la négation du droit des Palestiniens à l'existence", a déclaré de son côté Saëb Erakat, principal négociateur palestinien.

M. Kushner, architecte du plan américain de paix pour le Proche-Orient, a invité quant à lui les Palestiniens à revenir à la table des négociations. "Ils ne doivent pas rester coincés dans le passé", a-t-il dit.

Les délégations américaine et israélienne doivent rencontrer des responsables émiratis pour deux jours de discussions sur la sécurité, le commerce, la coopération scientifique, le tourisme et les procédures de visa pour les futurs voyageurs entre les deux nouveaux partenaires qui cherchent à élargir leur famille.

Dans le cadre d'une tournée la semaine dernière au Moyen-Orient, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s'était rendu au Soudan, à Bahreïn et à Oman, pour tenter de convaincre d'autres Etats de la région de suivre l'exemple émirati.

M. Netanyahu s'était déjà entretenu ces derniers mois avec des dirigeants du Soudan, du Tchad et d'Oman.

"Ce sont là les rencontres connues. Mais il y a beaucoup plus de rencontres non médiatisées avec des leaders arabes et musulmans pour normaliser les relations avec l'Etat d'Israël", a-t-il déclaré dimanche sans plus de précisions.

Ce premier vol direct est "un signal important pour une nouvelle page dans l'histoire des relations bilatérales au Moyen-Orient. J'espère que cela contribuera à la reprise des négociations pour une paix durable" entre Israéliens et Palestiniens, a tweeté lundi le représentant de l'UE pour la diplomatie Josep Borrell.

Aucune information n'a été communiquée concernant la dates des prochains vols commerciaux entre Israël et les Emirats --d'autant que les mesures anticoronavirus interdisent pour l'heure aux touristes étrangers d'entrer en Israël--, ni sur la prochaine destination qui sera ajoutée au programme de vols d'El AL.

Les autorités ont annoncé tôt lundi que les Emirats avaient été ajoutés à la liste des pays "verts", concernant le coronavirus. En clair: les passagers de retour en Israël sur le vol 972 (code international israélien) depuis Abou Dhabi n'auront pas à faire de quarantaine...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.