Volailler Doux : LDC joue les chevaliers blancs et dépose une offre !

Volailler Doux : LDC joue les chevaliers blancs et dépose une offre !
poulet volaille industrie abattoir

Boursier.com, publié le mercredi 28 mars 2018 à 20h33

Au bord de la liquidation judiciaire, Doux, le spécialiste breton de la volaille, pourrait être racheté par son concurrent français LDC ! Ainsi, le propriétaire des poulets de Loué a déposé mercredi une offre surprise sur le groupe Doux, a annoncé un porte-parole de LDC.

Coté à la Bourse de Paris, LDC a prévu de communiquer le détail de son offre jeudi matin avant l'ouverture des cotations.

Les pouvoirs publics à la manoeuvre en coulisse ?

Selon le site internet des 'Echos", LDC, qui ne s'était jusqu'ici jamais montré intéressé par Doux, aurait été sollicité par les pouvoirs publics, soucieux d'éviter la perte de 1.200 emplois, la fermeture de plusieurs sites industriels et des effets collatéraux sur la vie économique en Bretagne.

En effet, le seul autre repreneur potentiel, l'ukrainien MHP, a fait savoir qu'il n'était intéressé que par une reprise partielle. MHP a annoncé qu'il allait déposer cette offre mercredi soir, la date limite de dépôt des offres ayant été fixée au 28 mars à minuit. Le groupe s'engage à investir "76 millions d'euros" pour "développer sur le long terme une filière avicole bretonne" et à "conserver ses marques en France", a-t-il précisé dans un communiqué.

Des pertes de 35 millions d'euros par an

Lundi, la région Bretagne s'était dite prête à mettre jusqu'à 15 millions d'euros sur la table pour accompagner un éventuel projet de reprise. A cette date, l'offre de MHP, qui se présente comme le leader ukrainien de la volaille, était la seule officiellement sur la table.

L'actionnaire de Doux, le groupe coopératif Terrena, a fait savoir la semaine dernière qu'il demanderait, le 3 avril prochain, la liquidation judiciaire au tribunal de commerce de Rennes. Une décision qui permettrait de continuer à payer les fournisseurs en attendant qu'une reprise du groupe se précise. Selon Terrana, Doux perd plus de 35 millions d'euros par an.

Reconquérir le marché national du poulet ?

Selon une source à Bercy, citée mercredi soir par 'Les Echos', l'objectif serait désormais de "dégager Doux de sa dépendance du grand export", où le groupe n'est pas compétitif face au Brésil, et de le recentrer sur le marché français. Il faut "rebâtir une filière et investir sur le long terme" afin de "reconquérir le marché national", où 47% de la volaille consommée est importée, a souligné cette source .

Le groupe LDC, basé dans la Sarthe, possède les marques Loué, Le Gaulois, Maître Coq, Marie et Traditions d'Asie. Il revendique un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros pour 2016/2017, avec 18.500 collaborateurs et 75 sites de production.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU