Vols annulés : le secteur aérien demande "à genoux" l'aide des passagers

Vols annulés : le secteur aérien demande "à genoux" l'aide des passagers©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 15 juillet 2020 à 15h22

Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata) Alexandre de Juniac demande aux passagers de ne pas exiger de remboursement pour les vols annulés en raison de l'épidémie de coronavirus...

La règle est claire : les compagnies aériennes doivent proposer un remboursement du billet. Mais alors que l'épidémie de coronavirus et ses retombées ont mis les compagnies dans une situation très difficile, certaines d'entre elles, soutenues par la France et d'autres Etats européens, ont décidé de rembourser les billets des vols annulés en raison du Covid-19 seulement sous forme d'avoirs.

"Pourquoi on a demandé ça ? Pas par plaisir", a indiqué ce mercredi le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata) Alexandre de Juniac sur 'BFM Business', avant d'ajouter : "Notre activité c'est plutôt de chouchouter les passagers et pas de leur poser des difficultés et problèmes, notamment des problèmes financiers".

"Nous demandons l'aide des passagers... C'est vrai, et nous la demandons à genoux", a ainsi affirmé l'ancien patron d'Air France-KLM, appelant à ne pas exiger de remboursement, et donc d'accepter les avoirs.

La trésorerie "dans un état absolument apocalyptique"

"On est dans une situation de trésorerie tellement dure, dans laquelle nous payons tous les jours des millions et des millions de dollars sur nos coûts. Pour une compagnie comme Lufthansa par exemple, puisque le chiffre est public, ils payent à peu près 30 millions de dollars tous les jours sans recevoir pratiquement rien en face", a-t-il expliqué. "La trésorerie des compagnies est dans un état absolument apocalyptique", a insisté Alexandre de Juniac.

Mais des associations de défense des consommateurs, telles que l'UFC-Que Choisir et la CLCV, sont montées au créneau pour exiger un remboursement. Début juillet, Bruxelles a également lancé une procédure d'infraction à l'encontre de 10 pays de l'Union européenne, dont la France, pour défendre le droit des voyageurs à se faire rembourser en cas d'annulation de leurs séjours en raison du Covid-19.

"Différer le remboursement"

Pour rappel, les règles européennes donnent aux passagers le droit à un remboursement dans les 7 jours suivant la demande du client qui voyage en avion, tandis que les avoirs doivent rester facultatifs et si possible, assortis de garanties. En mai déjà, un rappel à l'ordre ferme avait notamment été adressé à la France, la Grèce, l'Italie, la Croatie, le Portugal ou encore la Pologne, qui ne respectaient pas le règlement européen sur les droits des passagers aériens.

L'ex-PDG d'Air France-KLM a indiqué que le secteur essaie "d'obtenir encore de la Commission européenne le pouvoir de présenter des avoirs", afin de "différer le remboursement". Il reconnaît néanmoins qu'il s'agit d'une position "difficile" et "pas appréciée par tout le monde"...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.