Vols annulés pour cause de Covid-19 : "l'Etat ne s'interdit pas" de rembourser les Français

Vols annulés pour cause de Covid-19 : "l'Etat ne s'interdit pas" de rembourser les Français©Boursier.com

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 11 mars 2021 à 16h06

S'il le faut, "l'Etat ne s'interdit pas" de rembourser les Français dont le voyage a été annulé en raison du Covid-19 et pourrait même "sanctionner les agences de voyages", selon le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

S'il le faut, "l'Etat ne s'interdit pas" de rembourser les Français dont le voyage a été annulé en raison du Covid-19 et pourrait même "sanctionner les agences de voyages", selon le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Les voyageurs vont-t-il enfin obtenir gain de cause ? Alors que de nombreux passagers attendent toujours le remboursement de leurs vols annulés pour cause de Covid-19, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a confirmé ce jeudi que le gouvernement "tape déjà du poing sur la table".

"Quand vous faites une demande de remboursement à votre voyagiste ou à la compagnie aérienne, le ministère doit attendre un délai de deux mois pour agir", a-t-il tout de même rappelé sur 'RMC', précisant avoir reçu "3.500 signalements, qu'on a aidés à résoudre sur l'ensemble de l'année dernière".

"Sur ces 3.500 signalements, la majorité des cas est résolue assez rapidement... On retient toujours les cas qui posent problème", a-t-il poursuivi. "Je ne pense pas qu'ils jouent l'usure", a également affirmé Jean-Baptiste Djebbari.

"D'une façon générale, agences de voyages et compagnies aériennes remboursent"

"Les délais ont augmenté d'une manière générale du fait du volume de demande, mais d'une façon générale, agences de voyages et compagnies aériennes remboursent", a souligné le ministre délégué aux Transports.

Mais s'il le faut, "l'Etat ne s'interdit pas" de rembourser les Français dont le voyage a été annulé en raison du Covid-19, a indiqué Jean-Baptiste Djebbari, et il pourrait même "sanctionner les agences de voyages qui n'auraient pas respecté" les conditions de remboursement. "Aujourd'hui, l'Etat a très largement nationalisé une partie de l'économie", a-t-il déclaré.

Bruxelles met la pression sur les compagnies aériennes

Début mars, la Commission européenne a annoncé le lancement d'une enquête préliminaire sur les pratiques des compagnies qui proposent des avoirs à leurs clients. "L'objectif de cette enquête est de recueillir des informations supplémentaires auprès des compagnies aériennes opérant dans l'Union européenne sur la manière dont elles informent les consommateurs sur leurs droits des passagers et traitent les demandes de remboursement", avait-elle indiqué.

Pour rappel, le règlement européen sur les droits des passagers aériens impose aux compagnies de rembourser les billets dans un délai de "7 jours". Or, de nombreuses compagnies aériennes et professionnels du tourisme, qui se sont retrouvés dans une situation financière très difficile en raison de l'épidémie de Covid-19 et ses retombées, ont imposé des avoirs en lieu et place du remboursement immédiat, même si les clients n'en veulent pas...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.