Wall Street, affaiblie par Apple, ouvre en baisse

Wall Street, affaiblie par Apple, ouvre en baisse
Des tradeurs à la bourse de New York le 13 novembre 2018

AFP, publié le lundi 19 novembre 2018 à 16h57

Wall Street, de nouveau rendue nerveuse par un recul d'Apple, a démarré la séance en baisse lundi à l'occasion d'une semaine raccourcie par les célébrations de Thanksgiving jeudi.

Vers 15H25 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, lâchait 0,88% à 25.189,53 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, cédait 1,72%, à 7.122,88 points.

L'indice élargi S&P 500 perdait 0,85%, à 2.713,01 points.

Après deux semaines consécutives de hausse, la place new-yorkaise avait chuté sur l'ensemble de la semaine dernière, affectée déjà par le plongeon de plus de 5% d'Apple et le recul du secteur des semi-conducteurs: le Dow Jones avait reculé de 2,2%, le Nasdaq de 2,1% et le S&P 500 de 1,6%.

"Ce démarrage négatif est largement attribuable au démarrage poussif d'Apple", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

La marque à la pomme (-3,20%) poursuivait lundi sa déprime automnale, qui l'a vue perdre près de 20% depuis début octobre, en raison des inquiétudes croissantes sur ses ventes pour la fin de l'année.

Lundi, un article du Wall Street Journal expliquait que le fabricant de l'iPhone avait réduit la production de ses derniers modèles de smartphones dévoilés cette année, ajoutant un peu plus aux craintes qui entourent ce géant qui dicte souvent, lors de ses fortes hausses ou fortes baisses, la tendance à Wall Street.

Le PDG d'Apple, Tim Cook, a par ailleurs estimé qu'une règlementation pour encadrer le secteur de la high tech et des réseaux sociaux allait être "inévitable" pour protéger les données, dans une interview diffusée dimanche.

La plupart des valeurs technologiques étaient orientées à la baisse dans ce contexte, à l'image de Netflix, (-3,98%), Alphabet (maison mère de Google, -1,51%) et Amazon (-3,34%).

- PG&E dégringole de 50% -

Quelques indicateurs américains étaient attendus par les acteurs du marché cette semaine sur la confiance et les commandes de biens durables.

Sur le front immobilier, un indice de confiance des constructeurs américains a montré lundi un ralentissement pour le mois de novembre, sur fond de hausse des taux d'intérêt.

Plus largement, les observateurs prédisaient une semaine plutôt calme en raison des célébrations de Thanksgiving aux Etats-Unis qui verront les marchés fermer jeudi et clôturer plus tôt vendredi.

Sur le marché obligataire, le taux de la dette à 10 ans montait à 3,066%, contre 3,063% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,331%, contre 3,316% en fin de semaine précédente.

Parmi les valeurs du jour, General Electric avançait de 0,29%. Le groupe a rappelé John Rice, qui avait pris sa retraite l'année dernière, pour superviser la division en difficultés dédiée à l'énergie.

Le fournisseur d'énergie Pacific Gas and Electric Company (PG&E), confronté aux inquiétudes concernant son éventuel rôle dans les feux qui ont ravagé la Californie ces derniers jours, reculait à nouveau de 7,51%. 

Le groupe a fait état d'un nouvel incident sur une de ses lignes le matin du démarrage des incendies le 8 novembre qui ont ravagé 60.000 hectares dans le nord de la Californie et tué au moins 76 personnes. Son cours de Bourse a perdu plus de 50% depuis cette date. 

Nasdaq

Vos réactions doivent respecter nos CGU.