Wall Street dans le rouge, apeurée par la mutation du virus

Wall Street dans le rouge, apeurée par la mutation du virus
Une femme se prend en photo devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Manhattan (New York), le 30 novembre 2020

AFP, publié le lundi 21 décembre 2020 à 16h11

Wall Street évoluait dans le rouge lundi matin peu après l'ouverture, s'inquiétant d'une souche plus contagieuse du coronavirus, active au Royaume-Uni, et ignorant l'accord au Congrès américain sur un nouveau plan de soutien à l'économie.

Vers 15H00 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average perdait 0,66% à 29.978,62 points. 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 1,03% à 12.624,17 points et l'indice élargi S&P 500 tombait de 1,19% à 3.665,15 points.

"Au moment où nous entamons la saison raccourcie des vacances de fin d'année, les marchés sont sous pression en raison de la nouvelle variante du coronavirus découverte au Royaume-Uni, qui provoque de strictes mesures de reconfinement dans l'ensemble du pays", observe Art Hogan de National Holdings.

De plus en plus de pays ont par ailleurs décidé de suspendre les vols en provenance du Royaume-Uni, dont la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne.

Les titres des grandes compagnies aériennes américaines en souffraient: American Airlines, Delta, United Airlines reculaient de 2,5% à 3,5%.

"L'émergence d'une mutation du virus menace de gâcher la fin d'année alors que les investisseurs ont lancé le compte à rebours en vue de la conclusion d'une année 2020 chaotique", estime M. Hogan.

Les nouvelles inquiétantes en provenance du Royaume-Uni ont fait passer au second plan l'accord trouvé dimanche soir entre parlementaires démocrates et républicains sur une enveloppe de 900 milliards de dollars d'aides à l'économie américaine.

Ce nouveau paquet d'aides, qui doit être soumis au vote au Congrès lundi, prévoit notamment des chèques de 600 dollars par adulte et par enfant pour les familles américaines fragilisées par la pandémie.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a affirmé lundi matin que ces chèques seraient envoyés dès le début de la semaine prochaine. 

Au rang des valeurs, Tesla a officiellement rejoint avant l'ouverture le prestigieux S&P 500, où le constructeur de véhicules haut de gamme possède déjà la sixième plus grosse capitalisation derrière Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet (la maison mère de Google) et Facebook. Le titre de Tesla baissait d'un peu plus de 5%. 

La biotech américaine Agios décollait (+29%) après l'annonce du rachat de sa division oncologie par le groupe pharmaceutique français Servier pour un montant initial de 1,8 milliard de dollars.

Nike gagnait près de 6%, profitant de la publication vendredi soir de résultats trimestriels meilleurs que prévu grâce à de solides ventes en ligne et en Chine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.